Retour

Emmanuelle Tremblay ne sollicitera pas de nouveau mandat à la présidence de l'ACEP

La présidente de l'Association canadienne des employés professionnels (ACEP) ne se représentera pas aux prochaines élections de son syndicat. Elle reste toutefois en poste jusqu'à la fin de son mandat en décembre.

Dans une longue lettre ouverte à ses membres, publiée sur le blogue du syndicat, Emmanuelle Tremblay, explique les raisons qui l'ont amenée à prendre cette décision.

« J’ai pris la décision de ne pas poser ma candidature pour ma réélection, car j’ai senti le besoin de panser les plaies causées par attaques incessantes dont j’ai fait l’objet depuis deux ans », écrit-elle.

Mme Tremblay a notamment été accusée par un collègue syndical d'avoir eu un « comportement jugé inapproprié et préjudiciable au bien-être des membres ».

Un enquêteur indépendant l'a blanchie d'une quarantaine d'accusations sauf une. Mme Tremblay a été suspendue de ses fonctions pendant cinq semaines sans solde.

Elle a été maintenue dans ses fonctions l'hiver dernier, après avoir remporté un vote de confiance. Sur les 1768 membres qui ont voté, 51 % souhaitaient le départ de Mme Tremblay. Il fallait toutefois plus des deux tiers des voix pour lui montrer la porte.

Des conséquences sur sa vie personnelle

La présidente soutient, dans sa lettre, que les attaques incessantes de ses adversaires, même après avoir été maintenue dans ses fonctions à la suite du vote de confiance, « ont eu un impact majeur sur ma santé physique et psychologique, et sur ma vie personnelle et familiale ».

Elle affirme qu'elle craint la reprise des hostilités si elle est réélue et préfère quitter la scène syndicale pour éviter la poursuite de ce « conflit interne ».

Mme Tremblay souhaite que son successeur entreprenne la révision des règles de fonctionnement du syndicat, dont certaines failles, selon elle, ont été mises au jour lors du conflit.

Mme Tremblay se dit toutefois fière des réalisations qu'elle a accomplies depuis le début de son mandat il y a trois ans : la création et le renforcement de sections locales, la création d'un fonds de défense et le travail entrepris pour joindre l'ACEP au Congrès du travail du Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine