Retour

Enfant à moto sur l'autoroute : une pratique déroutante pour certains, mais légale

Un bambin sur une moto de sport, accroché au chandail du conducteur : la pratique, bien que légale, fait beaucoup réagir en Outaouais, après la diffusion d'une image sur les médias sociaux.

Le cliché a été mis en ligne au cours de la fin de semaine par un internaute.

On y voit un homme au guidon d'une motocyclette de type sport et un enfant en bas âge, qui est assis derrière lui comme passager.

L'enfant n'est pas attaché par un harnais de sécurité et il se retient à l'arrière du chandail de l'adulte avec ses mains. Sur l'image, on voit que tous les deux portent un casque.

Bien que Radio-Canada n'ait pas été en mesure d'entrer en contact avec l'auteur de la photo, plusieurs personnes ont dit avoir été témoins de la scène, qui s'est déroulée sur l'autoroute 50, à Gatineau, dimanche dernier.

Une pratique légale...

La mise en ligne de l'image a suscité de nombreux commentaires désapprobateurs.

Plusieurs internautes s'interrogent notamment sur la légalité de ce qui y est montré.

Si l'on se fie au Code de la sécurité routière du Québec, le conducteur de l'engin n'a rien à se reprocher.

L'article 481 du Code stipule que le passager d'une motocyclette « doit être assis dans la direction du guidon et de façon que ses pieds reposent sur les appuis-pieds, lorsque le véhicule est en mouvement. »

D'autre part, selon l'article 484, toute personne qui prend place sur une motocyclette « doit porter un casque protecteur conforme aux normes établies par règlement. »

...mais déraisonnable selon un expert

Selon l'instructeur de moto Pascal Harvey, la pratique a beau être conforme aux règlements, elle n'en est pas moins déraisonnable.

Il rappelle qu'il faut s'assurer que les passagers qui s'installent à l'arrière d'une moto soient capables de bien réagir aux différentes manœuvres. Il souligne aussi l'importance de porter des protections pour le corps, telles qu'un manteau rembourré, un pantalon, des bottes et des gants.

« On voit qu'il n'y a aucune protection au niveau du corps, des jambes. Idéalement, avec un enfant, si on n'a pas la moto pour avoir un dossier, il y a des harnais de sécurité qui se vendent pour les sécuriser », ajoute-t-il.

Selon lui, les dispositions prévues au Code de la route ne sont pas suffisantes pour assurer la sécurité des enfants qui prennent place sur des motocyclettes. Aucun article ne concerne par exemple l'âge ou le poids minimum pour s'adonner à ce loisir.

Dans ces conditions, Pascal Harvey se dit en faveur d'un durcissement de la réglementation qui rendrait notamment obligatoire le port d'un harnais pour les enfants en bas âge.

D'après des informations d'Andréanne Apaplaza

Plus d'articles

Commentaires