Retour

Engouement chez la relève agricole à l’Ange-Gardien

De plus en plus de nouveaux agriculteurs sollicitent le soutien de la Plateforme agricole de l'Ange-Gardien. Alors que commence sa neuvième saison, le Centre de recherche et de développement technologique agricole de l'Outaouais (CREDETAO) — qui supervise le projet — souhaite donc élargir son offre.

« L’objectif de la plateforme, c’est de permettre aux entreprises de développer leur modèle d’entreprise sans s’endetter outre mesure […] ça leur permet de faire leurs premiers pas dans le métier de maraîcher et de développer leur marché », explique le président du CREDETAO, Vincent Philibert.

L’organisme donne un coup de pouce aux jeunes agriculteurs qui désirent démarrer leur entreprise agricole, en leur louant des terres et de la machinerie.

Cette année, ce sont 14 entreprises agricoles en démarrage qui bénéficient des services de la Plateforme. Depuis ses débuts, l’initiative a permis d’aider 38 entreprises et une dizaine d’entre elles volent aujourd’hui de leurs propres ailes. Selon le CREDETAO, ces 10 projets autonomes représentent des investissements de deux millions de dollars dans la région.

Pour élargir son offre, l’organisme souhaite mettre à la disposition des cultivateurs une douzaine d’acres de terres supplémentaire. Il faudra toutefois rendre les terres conformes aux normes agricoles biologiques, prévient M. Philibert. L’autre défi est d’assurer l’irrigation de ces nouvelles parcelles, selon le président du CREDETAO, qui espère pouvoir accueillir jusqu’à une vingtaine d’entreprises en démarrage d’ici trois ans.

Le soutien qu’apporte la Plateforme aux jeunes cultivateurs va toutefois bien au-delà de la production maraîchère.

« Les entreprises ont cinq ans pour développer leur modèle d’affaires, leur historique financier et leur clientèle. Notre mandat ce n’est pas juste de leur donner des infrastructures », indique M. Philibert.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles