Retour

Enseignants francophones : pas de contrat de travail avant la rentrée

Les 10 000 enseignants de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) seront sans contrat de travail mardi, lors de la rentrée scolaire.

Un texte d'Isaac Gauthier

Le syndicat et le gouvernement provincial n'ont pas réussi à s'entendre après huit jours consécutifs de négociations. Le syndicat et le gouvernement font une pause et ils reprendront les pourparlers mercredi prochain.

Les membres sont sans convention collective depuis plus d'un an.

Le président de l'AEFO, Carol Jolin, demeure toutefois optimiste.

Selon Carol Jolin, il ne reste que quelques petits détails à régler : « On peut parvenir à une entente satisfaisante pour nos membres, le gouvernement et les conseils scolaires. »

Mandat de grève

En juin dernier, 93 % des membres de l'AEFO ont accordé un mandat de grève au syndicat.

Carol Jolin dit cependant que le syndicat veut donner une chance aux négociations avant d'envisager des moyens de pression.

Il reconnait toutefois que le soutien des membres ajoute du poids à la position du syndicat.

Le mois dernier, le gouvernement ontarien s'est entendu avec la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario et l'Association des enseignants catholiques anglophones sur une convention collective.

L'AEFO représente plus de 10 000 enseignants de l'élémentaire et du primaire dans près de 400 écoles françaises de la province.

Plus d'articles

Commentaires