Retour

Entente avec les employés de soutien; menace de sanctions contre les enseignants

Alors que la province a annoncé ce midi qu'elle avait conclu une entente de principe avec des milliers d'employés de soutien et d'aides-enseignants, les négociations se poursuivent avec les enseignants des écoles publiques anglaises de l'élémentaire, dont le salaire pourrait être amputé, s'ils ne mettent pas fin à leur grève du zèle.

La ministre de l'Éducation, Liz Sandals, participe activement aux négociations, selon son bureau. Elle n'a pas assisté à la période des questions à Queen's Park ce matin.

Pour sa part, la Fédération des enseignants de l'élémentaire refuse de commenter.

« Les parties se sont entendues pour respecter un embargo médiatique », indique la porte-parole de la Fédération, Valerie Dugale, refusant de préciser si ses membres allaient suspendre leur grève du zèle ou si la Fédération leur verserait une indemnité s'ils subissent une perte de salaire.

La Fédération est le seul des quatre syndicats d'enseignants à ne pas encore avoir conclu d'entente de principe avec la province. Ses membres sont sans contrat de travail depuis août 2014.

Ultimatum

Le 23 octobre, le gouvernement avait donné jusqu'au 1er novembre aux syndicats des employés de soutien et des enseignants des écoles publiques anglaises du primaire pour conclure une entente contractuelle ou ordonner à ses membres de cesser leur grève du zèle.

Or, aucune sanction n'a été annoncée hier.

Selon l'ultimatum qu'avait servi la première ministre Kathleen Wynne, les conseils scolaires pourraient maintenant donner cinq jours de préavis au syndicat, après quoi le salaire de leurs membres serait amputé, possiblement de 10 %.

De son côté, le chef conservateur Patrick Brown pense que les libéraux n'ont pas l'intention de mettre leur menace à exécution.

Parmi les points en litige : les salaires, la taille des classes et la charge de travail.

Le personnel de soutien des écoles comme les aides-enseignants, les concierges et les employés administratifs, représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique et la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario participent eux aussi à ces moyens de pression et pourraient également être touchés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine