Retour

Entente de principe entre le gouvernement ontarien et les enseignants du secondaire

La Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) a annoncé ce matin qu'elle était parvenue à une entente de principe avec la province.

La FEESO était retournée à la table des négociations, hier, et un accord a pu être trouvé rapidement.

Le syndicat reconnaît que les négociations ont été difficiles en raison du contexte financier défavorable. L'un des principaux points en litige était le nombre d'élèves par classe.

« Nous avons pu arriver à une entente de principe qui respecte nos priorités et qui protège les conditions de travail de nos membres », poursuit Pierre Côté.

L'entente de principe doit encore être ratifiée par chaque section locale du syndicat pour devenir valide.

Elle sera d'abord présentée aux délégués syndicaux locaux vendredi, selon ce qu'affirme la FEESO. Les membres pourront ensuite en prendre connaissance au début du mois de septembre. Le vote aura lieu après la rentrée, soit durant la troisième semaine de septembre.

Réaction de la ministre

La ministre de l'Éducation, Liz Sandals, a réagi par voie de communiqué. Elle se réjouit de la conclusion de cette entente de principe et admet que les négociations ont représenté un défi.

« Nous continuons de négocier avec tous les autres syndicats d'enseignants et d'employés du milieu de l'éducation et nous nous engageons à continuer de le faire durant les dernières semaines de l'été pour en arriver à conclure d'autres ententes », écrit-elle.

Trois autres syndicats n'ont toujours pas obtenu d'entente pour la rentrée.

L'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), l'association des enseignants catholiques anglophones, doit revenir à la table des négociations la semaine prochaine, mais la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles élémentaires de l'Ontario (FEEO) ne reprendra pas les discussions avant le 1er septembre.

Le président de l'AEFO, Carol Jolin se dit encouragé par l'annonce de cette entente de principe. « C'est certainement un bon signe. Donc, on espère pouvoir être à la table des négociations pour les faire progresser et en arriver à une entente. »

Il note cependant que les pourparlers ont jusqu'ici avancé extrêmement lentement entre son syndicat et les négociateurs provinciaux.

Plus d'articles

Commentaires