Retour

Entretiens électoraux : Maxime Pedneaud-Jobin dit avoir de bons liens avec les gens d'affaires

À quelques jours du scrutin municipal à Gatineau, le candidat à la mairie Maxime Pedneaud-Jobin se défend bien d'entretenir des relations tendues avec les gens d'affaires. En entrevue à l'émission Les matins d'ici, il cite notamment en exemple la lettre signée par une trentaine d'entrepreneurs, publiée jeudi dans Le Droit, qui salue le virage entrepris au cours des dernières années en matière de développement économique.

« Je pense qu'il y a un projet qui a plané au-dessus de la campagne [NDLR le projet de tours Brigil], mais pour le reste, on a fait la plus grande réforme depuis que la Ville est créée en urbanisme », soutient le maire.

Il dit entretenir de bonnes relations avec une grande partie de la communauté d'affaires.

Regardez l'entrevue en studio avec Maxime Pedneaud-Jobin :

Le conseil ne sera jamais exempt de débats, assure le candidat

Interrogé sur la possibilité qu'une majorité d'élus autour de la table du conseil représente le parti Action Gatineau dont il est le chef, M. Pedneaud-Jobin assure que des échanges d'idées auront bel et bien lieu.

« On a une ligne de partie qui s'applique strictement […] sur les programmes sur lesquels on a fait des promesses aux citoyens. Tout ce qui n'est pas dedans, on vote comme on veut », souligne-t-il.

Même s'il reconnaît que les relations ont été parfois difficiles avec les élus qui ne sont pas de son parti au cours du mandat actuel, il soutient que les dossiers ont bien avancé. Il se dit aussi prêt à travailler avec des élus indépendants. Toutefois, s'il y a des désaccords, « c'est sûr qu'on va continuer le tirage de couvertes ».

Une réforme de la fiscalité

Par ailleurs, s'il est élu pour un prochain mandat, Maxime Pedneaud-Jobin entend se battre pour faire changer la fiscalité municipale afin que les villes obtiennent un transfert d'un point de pourcentage de la TVQ. Cela représenterait des revenus de 50 millions de dollars par année pour Gatineau, selon lui.

La taxe foncière actuelle est basée sur les services à la propriété, alors que la moitié des taches de la Ville sont des services à la personne, comme les sports, les loisirs, la culture et la lutte à l'itinérance, précise-t-il.

« Notre structure fiscale n'est pas conçue pour s'investir dans des domaines comme ça, alors que des fois on est mieux placé que les autres gouvernements pour donner un petit coup de main », ajoute-t-il.

Une « occasion à saisir »

S'il est réélu maire, Maxime Pedneaud-Jobin entend continuer à travailler pour faire traverser le train léger sur rails d'Ottawa à Gatineau. Selon lui, il s'agit du moment idéal pour mener un tel projet de l'avant, puisqu'il sent une volonté politique et peut compter sur une bonne relation avec la ville voisine.

Il ajoute que la récente nomination du député de Pontiac, André Fortin, comme ministre des Transports du Québec, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports peut aussi donner un coup de main.

La mise en place d'un réseau métropolitain de transport en commun entre Ottawa et Gatineau, qui fait appel à la même technologie, est un enjeu crucial pour lui.

Plus d'articles

Commentaires