Retour

Éric Gagné heureux de lancer à Ottawa, malgré la controverse

Les Champions d'Ottawa ne représentaient pas le premier choix d'Éric Gagné lorsqu'il a décidé de remonter sur le monticule dans la Ligue Can-Am cet été. Le Québécois voulait lancer avec les Aigles de Trois-Rivières, équipe dont il est actionnaire, ou les Capitales de Québec. Il n'a pas été en mesure de conclure une entente.

Un texte de Kim Vallière

« On n'a pas été capable de s'entendre sur un cachet du tout. On a eu un manque de communication, mais c'est le côté business du baseball », explique l'ancien lanceur des Ligues de baseball majeures.

Les équipes québécoises n'ont pas voulu payer le montant exigé par le joueur de 40 ans pour effectuer un départ dans leur uniforme. Les dirigeants des Aigles et des Capitales ont dénoncé les exigences monétaires de Gagné et sa décision de jouer avec les Champions.

Des commentaires que le gagnant du Cy Yong en 2003 n'a pas appréciés. « C'est sûr que ça me dérange. Je ne fais pas une cenne, je perds de l'argent en venant ici », mentionne Gagné.

Il affirme payer lui-même son voyage à Ottawa et remettre tout l'argent qu'il fait au programme sport-études de baseball à Gatineau. « On donne environ cinq ou six mille dollars pour cette bonne cause. C'est tout l'argent que je fais, je ne garde rien », martèle-t-il.

L'entente d'un jour qu'il a signé à Ottawa comprend un pourcentage des ventes des billets du match entre les Champions et les Capitales de Québec, lundi après-midi au Parc Raymond Chabot Grant Thornton.

Miles Wolff, le propriétaire des Champions, n'a pas hésité une seconde à s'associer avec le lanceur qui a passé 10 saisons dans les majeures. « Je sais à quel point les amateurs sont contents de le voir et la ville d'Ottawa ne fera pas exception », mentionne Wolff, qui possédait les Capitales de Québec en 2009, lorsque Gagné a enfilé l'uniforme de l'équipe.

Le lanceur n'a pas l'intention de se départir de ses parts dans les Aigles, malgré la controverse qu'il a causée cet été. « Ça cause un froid c'est sûr, mais on s'est parlé après. On est des hommes, on n'est pas des enfants, on ne commencera pas à se chicaner à tous les jours », mentionne Gagné, avec optimisme.

Lancer pour l'amour du baseball

Gagné s'est fait un nom dans le baseball majeur en tant que stoppeur avec les Dodgers de Los Angeles, équipe avec laquelle il a passé six saisons. Lundi, il sera toutefois le lanceur partant des Champions et s'attend à lancer pendant trois et quatre manches.

« C'est plus facile pour moi, je ne sais pas si je pourrais lancer tous les jours. Je pense aussi que ça crée plus un événement. Mon but, c'est vraiment de faire la promotion du baseball au Canada, donc c'est mieux de le faire avec seulement une journée », explique-t-il.

Il continue de vivre sa passion pour son sport en recevant de jeunes lanceurs québécois en Arizona pour les aider. Les lanceurs des Champions ont aussi pu profiter de ses conseils. Parce que huit ans après sa retraite du baseball majeur, toutes les raisons sont bonnes pour parler baseball lorsqu'on est Éric Gagné.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine