Retour

Eric Lindros en renfort pour adopter la « loi Rowan » en Ontario

La députée provinciale de Nepean-Carleton, Lisa MacLeod, a reçu l'appui de l'ex-joueur de hockey Eric Lindros, mercredi, pour faire valoir l'importance du projet de « loi Rowan », visant à prévenir et à traiter les commotions cérébrales dans le milieu sportif en Ontario.

Craignant que la session parlementaire soit prorogée à Queen's Park, la députée a avoué en conférence de presse vouloir mettre de la pression sur le gouvernement pour éviter que le projet de loi ne meure au feuilleton.

« Nous sentons qu'il est nécessaire d'accroître la pression publique sur le gouvernement pour qu'il adopte le projet de loi Rowan », soutient la députée.

L'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Eric Lindros, qui a lui-même subi des commotions cérébrales, a expliqué que la loi permettrait entre autres d'établir des protocoles de retour au jeu pour les jeunes sportifs victimes de blessures à la tête. Elle permettrait aussi d'établir des recommandations et de faire de la prévention partout en Ontario.

L'ex-joueur de hockey a rappelé que de nombreux états américains disposaient des lois sur cette question.

De son côté, l'entraîneur-chef du programme de hockey féminin de l'Université d'Ottawa, Yanick Evola, croit lui aussi que des changements s'imposent.

« Il faudrait utiliser cette opportunité-là de mettre tout le monde sur la même page puis continuer à pousser pour avoir un protocole en place », raconte l'entraîneur. L'Association canadienne des entraîneurs abonde dans le même sens.

La « loi Rowan », un projet de loi privé présenté par la députée MacLeod, fait suite à la mort tragique, en 2013, de la joueuse de rugby d'Ottawa Rowan Stringer. L'adolescente de 17 ans a perdu la vie après avoir reçu un violent coup à la tête durant un match de l'équipe de son école du quartier de Barrhaven.

À la suite de ces événements, le jury du coroner avait recommandé l'adoption d'une loi spéciale pour sensibiliser entraîneurs et athlètes aux commotions cérébrales dans les écoles secondaires ontariennes

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine