Retour

Erik Karlsson patine pour la première fois depuis son opération

Surprise à Ottawa, samedi matin. Le défenseur Erik Karlsson a sauté sur la patinoire pour la première fois depuis son opération au pied gauche, un moment qui permet aux partisans des Sénateurs de respirer plus aisément.

Un texte de Kim Vallière

Le capitaine du club ottavien n'a pas seulement patiné en solitaire, il a également participé à l'entraînement matinal, avant le match préparatoire des siens contre le Canadien de Montréal. Karlsson a pris quelques lancers et s'est même permis de légères mises en échec contre ses coéquipiers.

Il semblait à l'aise sur la patinoire, même s'il n'a pas encore retrouvé l'explosion de vitesse qui caractérise son jeu. Impossible de savoir comment le Suédois s'est senti pendant l'entraînement, puisqu'il ne s'est pas adressé aux médias après avoir quitté la glace.

« Nous ne voulons pas trop nous emballer », a indiqué d'entrée de jeu l'entraîneur-chef Guy Boucher. « Ce n'est que la deuxième étape et il y en aura plusieurs autres avant qu'il puisse jouer. »

La première étape a été d'attendre que le joueur retrouve suffisamment de force et de flexibilité pour être en mesure de chausser les patins. Sa bottine gauche a ensuite été modifiée pour éviter la friction sur la blessure en guérison.

Karlsson profitera d'une journée de congé dimanche et il devrait être de retour sur la glace lundi pour un deuxième entraînement.

« Maintenant, il faut travailler sur les petits muscles qui sont archispécifiques à patiner. C'est une question d'équilibre, d'être capable de tourner à gauche et à droite, sans être obligé de se ralentir », a mentionné Boucher, qui est quand même encouragé par la progression de son meilleur joueur.

Karlsson a dû passer sous le bistouri pour réparer des tendons déchirés au pied gauche. Le finaliste du prix Norris avait révélé pendant les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) qu'il jouait avec deux microfractures au talon gauche.

Malgré tout, il avait accumulé 2 buts et 16 mentions d'assistance en 19 matchs éliminatoires pendant le parcours des Sénateurs jusqu'au septième match de la finale de l'Association de l'Est de la LNH.

Difficile de dire quand Karlsson sera en mesure de revenir au jeu. Lorsqu'il s'est fait opérer à la mi-juin, l'organisation s'attendait à se débrouiller sans lui pendant quatre mois.

Malgré une progression encourageante, l'entraîneur-chef des Sénateurs préfère se concentrer sur la date du 1er novembre. « Tout ce qui est avant ça, ça sera un bonus. Tout le monde dit que c'est un freak de la nature, donc ça veut dire que n'importe quand, il peut revenir », a ajouté Boucher.

Un beau problème

L'absence de Karlsson, combinée à celle de l'attaquant Derick Brassard, au camp d'évaluation à Ottawa n'a pas que du négatif. Le personnel entraîneur peut évaluer plus facilement les nouveaux venus.

« On a trop de gars qui peuvent faire l'équipe », a indiqué Boucher, qui préfère donner moins de temps de jeu à des vétérans comme Jean-Gabriel Pageau et Kyle Turris pour mieux évaluer ceux qui pourraient causer la surprise en se taillant un poste en début de saison, comme les attaquants Filip Chlapik, Alex Formenton, Logan Brown ou Max Reinhart. Tous affronteront le Canadien pour le troisième match préparatoire des Sénateurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine