Retour

Est-ce que les partis politiques fédéraux sont prêts à investir davantage en santé?

Pendant la campagne électorale fédérale, Brigitte Bureau répond à vos questions!

Un internaute veut savoir si les partis politiques sont prêts à investir davantage en santé.

RÉPONSE :

En gros, le rôle du gouvernement fédéral en santé est d'aider au financement des soins fournis par les provinces. Ottawa fixe aussi des normes nationales dans le cadre de la Loi canadienne sur la santé.

Face au vieillissement de la population qui entraîne des besoins accrus de soins à domicile, de soins palliatifs et de soutien aux aidants naturels, les provinces réclament un coup de pouce financier supplémentaire du gouvernement fédéral.

Le Parti conservateur (PCC) soutient que « les transferts en matière de santé sont les plus hauts de notre histoire ». Depuis 2006, quand le parti a été porté au pouvoir, le transfert canadien en matière de santé, versé aux provinces et aux territoires, est passé d'environ 20 milliards de dollars à environ 34 milliards cette année-là.

Toutefois, le Parti conservateur entend réduire les fonds qu'il accorde aux provinces en matière de santé, à compter de 2017. Le gouvernement de Stephen Harper a pris cette décision de façon unilatérale, sans consulter les provinces.

Depuis 2004, le fédéral augmente son transfert en matière de santé de 6 %, chaque année, en vertu d'une entente conclue entre le précédent gouvernement libéral et les provinces. Cette hausse sera réduite à un seuil minimum de 3 % annuellement, à compter de 2017.

Il faut aussi préciser que la part du fédéral en santé a diminué au fil des ans. Dans les années 1960, le fédéral et les provinces se partageaient moitié-moitié les dépenses en santé. La part du fédéral est maintenant d'environ 20 %.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s'engage à investir 5,4 milliards de dollars supplémentaires sur quatre ans en santé, ce qui dépasse les montants prévus par une hausse annuelle de 6 %.

Quant au financement à long terme, le NPD compte négocier un nouvel accord avec les provinces et les territoires.

Avec les fonds promis, le NPD veut instaurer, en consultation avec les provinces, une couverture universelle et publique d'assurance médicaments. « Notre but est de faire en sorte que les Canadiens aient accès aux médicaments sur ordonnance dont ils ont besoin, gratuitement ou à faible coût » affirme-t-on.

Selon le parti, ces fonds serviront aussi à augmenter les soins à domicile, à créer un fonds pour la santé mentale des jeunes et des enfants et à embaucher des médecins, des infirmières et d'autres professionnels de la santé.

Le Parti libéral (PLC) s'engage à injecter 3 milliards de dollars supplémentaires sur quatre ans en santé, ce qui équivaut à peu près aux montants prévus par une hausse annuelle de 6 %.

Pour ce qui est du financement à long terme, le Parti libéral s'engage à négocier un nouvel accord sur la santé avec les provinces et les territoires.

Tout comme le NPD, le PLC veut faire des soins à domicile une priorité. Il entend aussi améliorer l'accès aux médicaments d'ordonnance. Mais contrairement au NPD, le programme libéral ne prévoit pas de système universel d'assurance médicament.

Les libéraux proposent plutôt de faire baisser les prix des médicaments en les achetant en vrac et en négociant de meilleurs prix de concert avec les provinces et les territoires.

Le Parti libéral promet aussi de meilleurs services en santé mentale et une collaboration pancanadienne sur l'innovation en santé.

En résumé...
Pour revenir à la question de notre internaute, à savoir quels sont les partis qui souhaitent investir davantage en matière de santé : à court terme, le NPD est celui qui s'engage à investir le plus en santé, suivi du Parti libéral. Le Parti conservateur, pour sa part, compte réduire les fonds destinés aux provinces à compter de 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine