Les machines de demain pourront-elles comprendre et choisir ? Fasciné par l'univers des machines et des engins mécaniques, le sculpteur gatinois Mustapha Chadid se questionne sur le rapport entre l'homme et la technologie dans sa plus récente exposition, Et si la machine te ressemblait ?

Un texte de Marie-Ève DuSablon

Présentée à la galerie Montcalm jusqu’au 4 mars, l'exposition propose une immersion poétique et foisonnante dans l’imaginaire de Mustapha Chadid, où grâce au métal, il aborde l'évolution des liens entre l'humain et les robots.

« Chaque jour, il y a de l’intelligence artificielle qui se développe. Qu’est-ce qui en est de son avenir ? Va-t-elle rêver ? C’est ce qui me fascine. Pourrons-nous un jour les considérer comme des personnes ? », prend-t-il le temps d'ajouter.

Dans ce projet, l'artiste invite aussi le public à réfléchir sur les répercussions à plus long terme de cette évolution technologique à travers des sculptures oniriques, dont certaines sont animées.

Parmi les sculptures présentées, on retrouve des bâteaux, des animaux, un vaisseau et un instrument de musique parfois d'impressionnant format. « La machine qui joue du violon serait-elle capable, par exemple, de rêver comme nous? Pourra-t-elle jouer de la musique sans l'homme? »

Des questions auxquelles le public sera confronté en allant visiter cette exposition.

Plus d'articles