Retour

EXCLUSIF - 24, Sussex : 36 000 $ par mois pour une résidence inhabitée

Chauffage, déneigement, entretien de la piscine... La préservation de la résidence officielle du premier ministre aura coûté près de 180 000 $ aux contribuables canadiens cet hiver, alors qu'elle était inhabitée, selon ce qu'a appris Radio-Canada, dans le cadre d'une demande d'accès à l'information.

Un texte de Jérémie Bergeron

Si la famille Trudeau n'a jamais emménagé au 24, promenade Sussex depuis l'assermentation du premier ministre en novembre dernier, les Canadiens ont quand même déboursé 36 000 $ par mois, de novembre 2015 à avril 2016, pour l'entretien de la résidence officielle la plus célèbre du pays.

Une résidence propre

Même si des employés y travaillent quotidiennement, la demeure est inhabitée. Pas question donc de négliger la propreté de la résidence de 34 pièces. En 5 mois, les contribuables ont déboursé plus de 9000 $ pour nettoyer tapis, rideaux et fenêtres.

Le 24, Sussex a notamment eu besoin de l'intervention d'exterminateurs, en raison de la présence de souris, engendrant des coûts de 1350 $.

Les Canadiens ont aussi payé pour l'entretien de la piscine intérieure, sans compter l'ajout d'un tremplin. Dépenses totales pour que la famille Trudeau puisse utiliser la piscine : 10 270 $.

Par ailleurs, les montants les plus importants consacrés à la préservation de la résidence inhabitée pendant ces cinq mois ont été investis dans l'entretien général des lieux.

La sécurité, l'eau et le remplacement de divers équipements ont ainsi coûté 42 021 $ aux contribuables. Le chauffage et l'électricité à eux seuls ont représenté 53 473 $.

Une inaction qui coûte cher, selon le NPD

Neuf mois après son arrivée au pouvoir, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, n'a toujours rien décidé quant à l'avenir du 24, Sussex.

« L'inaction, souvent, ça ne coûte rien, mais cette fois-ci, ça coûte cher », dénonce quant à lui Pierre Nantel, porte-parole du patrimoine pour le Nouveau Parti démocratique (NPD).

De son côté, la Commission de la capitale nationale (CCN), l'organisme qui gère les résidences officielles pour le gouvernement fédéral, admet attendre une décision de la ministre Joly à cet effet.

« On continue à travailler avec notre équipe professionnelle pour [explorer] les pistes pour le projet et je suis satisfait du progrès », affirme le premier dirigeant de la CCN, Mark Kristmanson. « On aura plus à dire à l'avenir. »

Un long processus

La ministre Joly rappelle que le processus pour établir un plan de restauration est compliqué. Plusieurs ministères interviennent dans le processus, ce qui prend du temps.

Mélanie Joly n'a pas voulu donner d'échéancier précis, parce que « la CCN doit regarder beaucoup de choses ».

La CCN précise toutefois que les bâtiments situés au 24, Sussex sont utilisés comme centre opérationnel, et qu'ils sont « essentiels au travail quotidien du personnel de la maison et du service de sécurité de la GRC ». Un entretien régulier est par ailleurs nécessaire, selon la CCN, « pour éviter une plus grande dégradation des lieux ».

Un immeuble en décrépitude

Des travaux de réfection majeure s'imposent au 24, Sussex. L'ex-vérificatrice générale du Canada Sheila Fraser avait publié un rapport peu flatteur en 2008. Elle avait alors estimé les coûts de rénovation à 10 millions de dollars.

L'ex-premier ministre Stephen Harper avait tout de même décidé d'y rester avec sa famille et de ne pas procéder aux réparations.

Depuis le départ de Stephen Harper, la résidence est vide et le demeurera tant que des travaux n'auront pas été entrepris dans la vaste demeure.

Avec la collaboration des journalistes Pascal Charlebois, Louis Blouin et Pascale-Marie Dufour

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine