Retour

EXCLUSIF - Acheter des pupitres d'école avec l'argent du chocolat

L'équipe-école de l'établissement de l'Odyssée, à Gatineau, a lancé une campagne de financement qui permettra de financer l'achat de mobilier pour les élèves. Une décision qui en dérange plusieurs.

Dans une lettre envoyée aux parents, les responsables de la collecte indiquent que la vente de chocolat servira à acheter des pupitres et des chaises en plus de financer des activités éducatives. L'objectif : amasser une somme de 20 000 $.

Une collecte qui surprend

Le père de deux jeunes filles qui fréquentent l'école, Mathieu Larocque, s'est dit plutôt surpris et déçu de voir que cet argent ne servirait pas qu'à financer des activités scolaires.

Le papa des deux fillettes affirme qu'il ne blâme pas la décision de l'école d'avoir pris cette décision.

Il ajoute qu'il participera tout de même à la campagne de financement, afin de procurer du mobilier adéquat, notamment pour sa fille plus jeune qui fréquentera cette école pour encore six ans.

Une erreur adminstrative

Le président de la Commission scolaire des Draveurs (CSD), Claude Beaulieu, a qualifié l'envoi de la lettre comme une « erreur administrative ».

Selon lui, un établissement ne peut amasser des fonds pour des biens et des meubles puisqu'un budget est dédié à ce type de dépenses.

M. Beaulieu a tenté de communiquer avec la direction de l'école et il affirme qu'une nouvelle lettre sera envoyée aux parents dans les prochains jours afin de clarifier les objectifs de la campagne de financement.

Il a affirmé que le tout « va être réglé sous peu » et que les fonds amassés serviront à autre chose que l'achat de matériel pédagogique et de mobilier pour les classes.

Le président a tenu à rappeler que la CSD a fait face à des compressions de près de 10 millions de dollars au cours des dernières années, mais que l'établissement n'a pas essayé d'envoyer un message politique aux dirigeants.

M. Beaulieu indique également que les fonds sont suffisants pour acheter l'essentiel nécessaire aux besoins des élèves. Si une école est en difficulté, elle peut le signaler à la commission scolaire qui envisagera des mesures additionnelles pour lui venir en aide.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires