Retour

EXCLUSIF - Gatineau aura une clinique dentaire gratuite pour les sans-abri

Une clinique dentaire gratuite pour les sans-abri et les plus démunis ouvrira bientôt ses portes à Gatineau, selon ce qu'a appris ICI Ottawa Gatineau. Ce projet-pilote est une première en Outaouais.

Un texte de Pascale-Marie Dufour

La clinique sera aménagée dans les locaux de la Soupe populaire de Hull, afin de répondre le plus efficacement possible aux grands besoins de cette clientèle vulnérable.

À l'heure du lunch à la Soupe populaire, on peut voir au menu un potage, des hot dog, accompagnés de frites et de desserts. Il n'y a rien d'anodin dans la conception de ce repas.

Dans la cuisine de cet organisme qui nourrit des centaines de personnes chaque semaine, les aliments sont choisis spécifiquement en fonction de la clientèle, aux dires du président du conseil d'administration, Paul Surprenant.

« Souvent nos cuisiniers pensent à des assiettes où ce qui est présenté est facile à manger », raconte monsieur Surpenant. « On ne présentera pas des steaks parce que beaucoup de ces gens-là ont de la difficulté à manger. »

Les problèmes dentaires au sein de cette clientèle fort démunie sont colossaux. Certains n'ont pas vu de dentiste depuis des décennies.

Québec veut remédier à ce problème et accorde 350 000 $ pour mettre sur pied une clinique dentaire pour itinérants.

La soupe populaire et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais se lancent dans ce projet-pilote de cinq ans.

Le petit cabinet sera aménagé dans un local de la Soupe populaire où il y aura deux chaises, un appareil à rayons X, et l'équipement indispensable aux soins de base.

Dès l'automne, des soins gratuits seront donnés à cette clientèle, très fragile. Nettoyage, plombage, extractions, dentistes et hygiénistes dentaires veilleront aux tâches les plus urgentes.

« Nous, en réglant les problèmes aidant la santé dentaire, on pense qu'on va aider les gens à être en meilleure santé et d'avoir une meilleure qualité de vie et une meilleure estime de soi », raconte raconte la dentiste-conseil à la direction de la santé publique du CISSS de l'Outaouais, Lorraine Gagnon.

Le directeur de la Soupe populaire, Steve Labelle, se réjouit de l'arrivée d'un tel service. « C'est un service de dentisterie oui, mais on va plus loin que ça aussi », explique-t-il. Ce dernier est également convaincu qu'une meilleure dentition aidera les sans-abri dans leur recherche d'un logement ou d'un emploi.

Des dentistes sont déjà intéressés par ce projet-pilote. Plus ils seront nombreux, mieux ce sera, en raison de la somme de travail à faire.

« Avec l'ampleur des besoins, on pourrait être ouvert tout le temps, mais on va commencer par une journée ou deux par semaine », explique Paul Surprenant.

Des services comme ceux qui seront offerts sont déjà très populaires pour les itinérants d'Ottawa et Montréal, où il y a même une liste d'attente de six mois. La Soupe populaire s'attend au même enthousiasme à Gatineau. Un des défis sera d'aider ces gens marginalisés à vaincre leur peur du dentiste et à se présenter à leur rendez-vous. 

La clinique desservira la clientèle démunie de tout l'Outaouais, alors que l'organisme veut trouver les moyens d'y attirer les clients potentiels de Maniwaki ou du Pontiac. Si tout va bien, la clinique pourrait ouvrir ses portes l'automne prochain. 

Plus d'articles

Commentaires