EXCLUSIF - Radio-Canada a obtenu les détails des saisies de drogues réalisées par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) au cours des trois dernières années. L'analyse de ces données révèle un..." />
Retour

Explosion des saisies de fentanyl et de drogues de synthèse à Gatineau

Photo : iStock/Kcline" />

EXCLUSIF - Radio-Canada a obtenu les détails des saisies de drogues réalisées par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) au cours des trois dernières années. L'analyse de ces données révèle un changement des habitudes de consommations qui exposent les plus jeunes usagers à des risques élevés.

Un texte d'André Dalencour

La période couverte par les données s'étend de 2014 à 2016. Cependant, les données ne comprennent pas la plus récente saisies de fentanyl effectuée vendredi.

Mais alors que l'année n'est même pas encore terminée, les saisies de drogues de synthèse ont augmenté en flèche.

Le cas du fentanyl et de l'oxycontin est particulièrement révélateur. En 2014, les saisies de ces produits - sous d'autres formes que la poudre - étaient très faibles ou inexistantes.

Enfin, parmi les drogues plus conventionnelles, on constate une nette diminution des quantités de crack, mais une très forte augmentation de la cocaïne et des produits du cannabis.

Le directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO), Yves Séguin, n'est pas vraiment surpris par cette tendance à la hausse. Son organisme intervient de plus en plus souvent auprès d'adolescents et de jeunes adultes en proie à des problèmes de santé mentale liés à leur consommation.

« Quelqu'un qui prend des speeds pendant plusieurs jours de suite, qui ne dort pas, c'est certain que les interventions de crise vont être plus nombreuses. L'intervention peut être plus difficile à faire », mentionne-t-il.

Pas nécessairement plus de drogues

Dans le cas des drogues de synthèse et du fentanyl plus particulièrement, le porte-parole du SPVG, Jean-Paul Lemay, a admis récemment que les autorités y prêtaient une attention particulière.

« Au niveau des différents services de police, pas juste en province, pas juste dans le pays, mais partout en Amérique, il y a une communication qui se fait pour voir l'évolution de l'importance de la consommation de ces drogues-là dans nos communautés », a-t-il expliqué.

Le nombre de mandats de perquisition effectuée par le SPVG est resté relativement stable, avec 117 opérations en 2014, 113 en 2015 et 124, jusqu'ici, en 2016.

Des habitudes nouvelles

À la lumière de ces faits, on ne peut donc pas conclure qu'il y a plus de drogues de synthèse en circulation dans les rues gatinoises. Cela étant dit, il s'agit d'un indicateur fiable des habitudes de consommations des usagers, selon certains experts.

« C'est une question d'offres et de la demande, comme n'importe quel type de marché. L'offre et surtout la demande semblent s'orienter vers des drogues qui sont chimiques », confirme Pierre-Yves Bourduas, un ancien sous-commissaire adjoint Gendarmerie royale du Canada désormais consultant en matière de stupéfiant.

Le directeur général du (CIPTO) constate que les drogues de synthèse sont plus accessibles, tant en terme de disponibilité que de coûts. Il fait un constat similaire pour le fentanyl, dont la montée en puissance se fait sentir depuis un moment.

Pierre-Yves Borduas souligne par ailleurs que des produits comme le fentanyl, qui provenaient à l'origine des pharmacies, sont plus disponibles qu'auparavant sur le marché noir à cause des filières de trafic de drogue international.

« Les éléments précurseurs viennent de la Chine, passe par le Mexique, où l'on développe cette drogue-là, et par la suite, on exporte tant du côté des États-Unis que du Canada », détaille-t-il.

Premiers répondants à risques

Le fentanyl est un puissant opioïde synthétique qui fait actuellement des ravages un peu partout pays.

Les risques sont réels aussi pour les premiers répondants, qui peuvent être empoisonnés lors d'une intervention. Certains corps policiers ont même décidé d'équiper leurs agents de naloxone, un produit utilisé pour contrer les effets des surdoses aux opioïdes.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, aucun policier du SPVG n'a été victime d'une telle intoxication, mais il s'agit d'un sujet de préoccupation pour les responsables du service policier, qui disent effectuer une sensibilisation auprès des agents.

Plus d'articles