Retour

Faire pousser du pot à la maison pourrait faire bondir vos primes d’assurance

Les propriétaires canadiens qui veulent faire pousser de la marijuana à domicile, une fois que le pot sera légalisé l'été prochain, risquent de faire face à une augmentation de leurs primes d'assurance ou même à l'annulation de leur police.

Selon le projet de loi fédéral, les Canadiens pourront faire croître à des fins récréatives jusqu'à quatre plants par foyer.

Le Bureau d’assurance du Canada indique que les propriétaires doivent s’attendre à des questions au sujet du cannabis, lors d’une nouvelle demande d’assurance ou du renouvellement de leur police au cours des prochains mois.

Selon M. Kee, avoir quelques plants près d’une fenêtre peut passer, mais le risque s’accroît si le propriétaire change le filage électrique de la maison pour avoir un éclairage constant, par exemple.

À lire aussi :

Craintes fondées?

De son côté, Alex Rea, vice-président du fournisseur de matériel de culture de cannabis Homegrown Hydroponics, raconte que certains propriétaires qui font pousser du pot à des fins médicales ont déjà fait face à une hausse de leurs primes ou même à l’annulation de leur assurance.

Selon lui, c’est le résultat de « préjugés », parce que la culture du pot « n’est pas différente de celle d’une autre plante ».

Pour M. Rea, ce n’est pas parce que quelqu’un fait pousser du cannabis à la maison que son domicile sera endommagé.

Il souligne que ceux qui font leur propre vin ou leur propre bière à domicile ne font pas face aux mêmes questions de la part de leur assureur.

Plus d'articles