Après cinq mois et demi de piquetage, le lock-out à l'hippodrome Rideau-Carleton est terminé. Les employés retourneront au travail dès jeudi prochain.

Les 124 employés du stationnement et de l'entretien des machines à sous du casino de l'hippodrome Rideau-Carleton étaient en lock-out depuis le 15 décembre 2015. Leur contrat de travail était arrivé à échéance le 1er janvier 2014.

Il s'avère que les parties syndicales et patronales ont décidé de faire appel à un arbitre pour régler leurs différends.

Selon l'Alliance de la Fonction publique du Canada, un accord a été trouvé afin de conserver le régime de retraite actuel. Les syndiqués souhaitent maintenant une entente équitable au sujet des salaires.

« C'est la meilleure solution qu'on a pu obtenir », explique le vice-président exécutif régional de la région de la capitale nationale de l'Alliance de la Fonction publique, Larry Rousseau.

« On a eu beaucoup de difficulté à arriver à une entente, on ne pouvait pas y arriver. Alors je crois que c'est la meilleure solution », poursuit M. Rousseau.

Déjà, les parties se sont entendues sur une nouvelle convention collective, qui entrera en vigueur le 2 juin, lors du retour au travail.

Pendant le lock-out, les syndiqués voulaient aussi que le gouvernement s'engage à ne pas privatiser la Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG).

Retour sur le conflit

Tout au long du conflit, plusieurs incidents se sont produits et les plaintes de citoyens se sont multipliées à cause des conséquences du conflit sur le trafic routier.

La situation avait poussé le conseiller du quartier Osgoode, George Darouze, à faire part publiquement de son inquiétude et à demander une présence policière accrue aux abords de l'hippodrome.

De plus, ce conflit a eu des conséquences financières concrètes. La Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG) a remis 230 000 $ de moins que l'an dernier à la Ville d'Ottawa.

Il faut savoir que l'OLG verse une partie de ses gains à la Ville, notamment pour l'utilisation du site et pour avoir le droit d'exploiter des machines à sous.

La Société a fait parvenir 629 706 $ à la Ville pour les trois premiers mois de 2016, comparativement à 861 974 $ pour la même période l'an dernier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine