Retour

Fusillade mortelle à Ottawa alors que des enfants jouent à proximité

Un homme est mort dans une fusillade survenue en plein après-midi, mercredi, à Ottawa. Selon des témoins, six coups de feu ont été entendus sur l'avenue Caldwell, alors que des enfants jouaient dans un parc à proximité de la scène du crime.

« Ma fille est traumatisée, parce que c'est arrivé à quelques mètres d'où elle était. Il y avait d'autres enfants; je suis sûr qu'ils sont dans le même état. Ma fille dit qu'elle ne veut plus revenir dans ce coin-ci », explique Fabien Kalala, qui visitait des membres de sa famille dans le quartier, situé non loin de la Ferme expérimentale centrale.

Après s'être assuré que sa fille était en sécurité, il est sorti pour constater ce qui s'était passé. C'est là qu'il a vu la victime, couchée par terre.

« Il était encore conscient. On pouvait lui parler », se souvient-il, en parlant des premiers moments après la fusillade. M. Kalala a effectué des manoeuvres de réanimation lorsque l'homme a perdu conscience, jusqu'à l'arrivée des policiers.

Les premiers répondants ont reçu l'appel d'urgence à 15 h 22. L'homme a été transporté dans un état critique à l'Hôpital d'Ottawa, où sa mort a été constatée.

« J'espérais qu'avec tout ce que nous avons fait, la personne allait survivre », ajoute M. Kalala, qui a déjà habité le quartier où la fusillade s'est produite. « C'est triste de voir que les jeunes finissent comme ça, avec des trous de balle dans le corps. »

Les résidents du quartier craignent pour leur sécurité

Manouche Maguy Moke se trouvait sur son balcon du troisième étage d'un édifice à logements avec son fils, lorsqu'elle a entendu les coups de feu. Elle s'est précipitée près de la scène de crime pour constater elle-même ce qui s'était produit.

« C'est épeurant. L'autobus scolaire arrivait quelques minutes après ce qui s'est passé. Je n'ai pas voulu que mon fils aille à son programme parascolaire après. Je l'ai gardé à la maison », affirme la mère de deux enfants, qui avoue ne plus se sentir en sécurité.

Mme Moke affirme que les événements inquiétants se sont multipliés dans le quartier dernièrement. « Ils viennent tout juste de nous construire un nouveau parc. Comment les jeunes vont-ils se sentir en sécurité d'aller s'y asseoir ou jouer? C'est fou », mentionne celle qui s'est installée dans ce coin de la ville il y a quatre ans.

Il s'agit du 12e meurtre de l'année dans la capitale. Aucun suspect n'a encore été arrêté.

Avec les informations du journaliste Matthew Kupfer

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine