La berce du Caucase s'ajoute aux plantes toxiques à surveiller pendant la saison estivale dans la région.

Peu de cas sont recensés en Outaouais, mais attention, car celle-ci est très dangereuse et prend de l'expansion très rapidement.

Sa sève, au contact de la peau et sous le soleil, peut provoquer de graves symptômes.

« Ce n'est pas une plante à prendre à la légère », poursuit le biologiste à l'Université Laval, Claude Lavoie.

Dispersion de la plante

Un recensement des mentions de la plante effectuée en 2012 par une équipe des chercheurs dirigée par le biologiste de l'Université Laval, Claude Lavoie a permis de constater que la berce du Caucase est présente dans presque toute les régions du Québec, sauf en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et dans le Nord-du-Québec.

La berce du Caucase peut atteindre plusieurs mètres de haut. Elle a horreur de l'ombre et pousse dans des champs ouverts souvent près des cours d'eau.

La plante peut toutefois être confondue avec d'autres comme la berce laineuse, l'angélique pourpre ou le panais sauvage.

La berce du Caucase est reconnaissable à la présence entre autres de taches sur sa tige.

Il est indéniable que la plante s'étend au Québec. Cette plante des milieux humides se propage sur de longues distances par voie d'eau, ce qui favoriser une expansion rapide.

D'après les informations d'ICI Est-du-Québec et d'Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires