Retour

Gatineau et ses cols blancs ratifient la nouvelle convention collective

Le maire de Gatineau et le président du Syndicat des cols blancs de Gatineau, section 5400 du Syndication canadien de la fonction publique (SCFP), ont apposé leur signature sur la nouvelle convention collective des quelque 900 employés administratifs de la Municipalité.

L'entente de principe avait été conclue le 17 avril dernier. Les cols blancs de la Ville de Gatineau étaient sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2014.

Le maire de Gatineau, Pedneaud-Jobin, a profité de la conclusion de cette négociation pour faire le point sur les relations de travail qui, selon lui, se sont assainies depuis 2013

M. Pedneaud-Jobin a vanté le fait que des enjeux importants et difficiles ont été réglés avec plusieurs groupes d'employés comme les policiers, les pompiers et les cols blancs.

« On ne se le cachera pas, avec les policiers, les pompiers, avec les blancs, traditionnellement, ça a été beaucoup plus difficile dans les dernières années », a-t-il relaté.

M. Pedneaud-Jobin a ajouté qu'il regarde l'avenir avec optimisme, après avoir constaté un climat de relations de travail « plus positives et plus constructives » et un régime de pourparlers « plus respectueux et de dialogue ».

Une nouvelle affiliation syndicale

Le président du Syndicat des cols blancs de Gatineau, Marc Demers, a également salué la conclusion de l'entente, mais a précisé que ce n'est pas l'approche de la Ville qui a permis un déblocage à la table des négociations.

« Je pense que c'est l'affiliation [du Syndicat des cols blancs] avec le SCFP [Syndicat canadien de la fonction publique] qui a fait le virage », a-t-il affirmé.

Les cols blancs obtiennent essentiellement les mêmes augmentations de salaire que les autres groupes d'employés municipaux, soit 2 % par année, pour toute la durée de contrat de huit ans.

Parmi les autres questions qui ont fait l'objet d'une entente, la Ville note « l'ouverture des bureaux de certains services durant l'heure du dîner, la révision de primes de disponibilité et de nouvelles disponibilités pour certains postes opérationnels pendant le congé des Fêtes ».

La dotation et l'ancienneté étaient des enjeux majeurs pour le syndicat. M. Demers, qui est président sortant, a indiqué que les deux parties ont réussi à s'attendre au cours des quatre derniers mois sur la question et de trouver des compromis qui permettent à la Ville de doter un poste avec le candidat à l'interne le plus qualifié, tout en tenant compte de la question de l'ancienneté.

Les deux parties se sont également entendues sur le régime de retraite afin d'en assurer « la pérennité » .

Il s'agit du dernier groupe d'employés à conclure une entente pour le renouvellement de sa convention collective dans le cadre d'un cycle entamé en 2015.

Plus d'articles