Retour

Gatineau pourrait à nouveau proposer l’interdiction des pitbulls

Nouveau rebondissement dans la saga des pitbulls à Gatineau. Après avoir annoncé le 22 novembre qu'il renonçait à recommander l'interdiction des pitbulls, le président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Gatineau, Jocelyn Blondin, revient à la charge et demandera à la Municipalité d'interdire ces chiens.

C’est la décision prise jeudi par la Cour d’appel du Québec de rétablir le controversé règlement sur les chiens dangereux à Montréal qui incite le conseiller Blondin à revenir à la charge.

Rappelons que la Commission avait décidé de ne pas aller de l’avant avec sa proposition d’interdiction, disant craindre les conséquences légales d’une telle décision. Or, selon M. Blondin, la décision de la Cour d’appel dissipe les craintes de poursuite.

C’est une bonne nouvelle. La Commission de la sécurité publique prévoyait l’élimination des pitbulls par attrition. On a dû modifier notre proposition pour ne pas recevoir de poursuite.

Jocelyn Blondin, président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Gatineau

Ce dernier prévoit donc proposer une nouvelle fois un règlement qui interdit l’acquisition de chiens pitbulls. Ceux qui ont déjà un de ces chiens pourraient le garder, s’ils respectent la réglementation actuelle.

Celle-ci exige notamment que les pitbulls soient toujours en laisse et soient munis d’une muselière lorsqu’ils se trouvent ailleurs que dans la propriété de leur maître.

Loin de s’en faire avec les critiques, M. Blondin dit jouir d’un appui important de la population.

Je reçois plusieurs courriels de citoyens qui m’appuient. J’en reçois aussi de gens qui ne sont pas d’accord, mais ce sont des gens d’ailleurs au Canada ou des États-Unis.

Jocelyn Blondin, président de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Gatineau

Le président de la Commission de la sécurité publique prévoit ramener le sujet à l'ordre du jour lors de la première réunion du conseil municipal au retour du congé des Fêtes.

Avec les informations du journaliste Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires