La gestion des ordures ménagères à Gatineau est devenue un fardeau financier que la Ville ne veut plus supporter. À chaque année, la municipalité investit 11,5 millions de dollars pour ramasser vos poubelles et les envoyer vers un site d'enfouissement.

Un texte de Angie Bonenfant

« C'est ce qui coûte le plus cher à la Ville », admet d'emblée Denise Laferrière, présidente de la Commission consultative sur l'environnement et le dévelopement durable. « Même en additionnant ce que cela nous coûte pour recycler et composter, on ne débourse pas autant d'argent. »

À Gatineau, le coût de compostage est évalué 3,4 millions de dollars tandis que le coût de recyclage, lui, est de 3,3 millions de dollars.

Une question d'économies...

Dans un souci d'économie, la Ville veut encourager les citoyens et les entreprises à recycler et composter davantage.

Son objectif : réduire la quantité de déchets résidentiels de 40 à 45 %.

... et d'objectifs provinciaux

En plus d'économiser de l'argent, Gatineau veut se plier aux nouveaux objectifs environnementaux de la province.

D'ici 2020, il sera interdit de jeter aux poubelles du papier, du carton, du bois ou toutes autres matières compostables.

Les Québécois devront recycler davantage... de résidus de construction, de rénovation et de démolition.

Omettre d'atteindre ces objectifs a aussi des conséquences financières pour les municipalités.

À Gatineau cela équivaut à une somme d'argent importante.

« L'enjeu est grand, parce que si l'on n'atteint pas nos cibles on n'aura pas un retour sur nos investissements », concède Denise Laferrière.

« Autrement dit, on nous donne plus d'argent pour notre recyclage. On a reçu 2 millions de dollars, cette année. Si on traîne à la queue, on avoir moins d'argent. »

Scénarios proposés

Pour atteindre sa cible de réduction de déchets, Gatineau propose, en autres :

1. Rendre le compostage et le recyclage obligatoires pour les occupants de tous les types d'habitation, incluant les immeubles à logements multiples. À l'heure actuelle, plus de la moitié (53 %) des déchets mis aux poubelles par les résidents de Gatineau sont récupérables.

2. Limiter la quantité de poubelles de chaque résidence à 120 litres par collecte. Imposer des frais supplémentaires à ceux qui dépassent ce volume permis d'ordures ménagères.

3. Obliger la récupération des déchets de la construction tels que le béton, le ciment, l'asphalte et le bois. Pour ce faire, par exemple, la Ville propose que les écocentres acceptent ces résidus gratuitement.

4. Inciter les restaurants, les hôpitaux, les épiceries, les usines et les tours à bureaux à recycler davantage en mettant sur pied un projet-pilote pour ramasser les matières recyclables et compostables. À ce chapitre, le secteur industriel, commercial et institutionnel est très en retard : 75 % des déchets envoyés au dépotoir, en 2013, pouvaient être recyclés ou compostés.

Certaines mesures devraient entrer en vigueur en 2016.

Plus d'articles

Commentaires