Retour

Gatineau se dotera d’un centre de contrôle des opérations de déneigement 

Afin d'améliorer l'efficacité des opérations de déneigement, les élus de Gatineau ont adopté une série de mesures, telles que la mise en place d'un centre de contrôle des opérations de déneigement.

Lors d'une présentation sur le bilan des opérations de déneigement en 2015-2016, le Service des travaux publics de la Municipalité a expliqué avoir atteint ses cibles, sauf lors des tempêtes majeures du 29 décembre et du 16 février.

Les fonctionnaires municipaux considèrent qu'il s'agissait là de situations « difficiles » et « extrêmes », dans la mesure où la tempête de la fin décembre a laissé de 35 à 40 cm de neige, tandis que celle de février s'est accompagnée de précipitations de 52 cm.

« Les hivers se suivent, mais ne se ressemblent pas au niveau de la neige. Même chose au niveau du verglas. Même chose au niveau de la pluie », a rappelé le directeur du Service des travaux publics à la Ville de Gatineau, Marco Lalonde.

Le nettoyage de certaines rues avait posé des problèmes, mais c'est la situation des trottoirs qui avait causé le plus de difficultés. En effet, il avait fallu près de 12 jours pour accomplir cette tâche après la tempête de la fin d'année et autour de 8 jours à la suite du passage de la tempête du 16 février.

Les citoyens s'étaient d'ailleurs beaucoup plaints des délais enregistrés et le maire Maxime Pedneaud-Jobin avait clairement admis que la Ville avait « échappé le ballon ».

Des mesures ciblées

Afin d'éviter que de tels dysfonctionnements ne se reproduisent, il a été proposé de mettre en place un centre de contrôle pour observer en temps réel le déroulement des opérations de déneigement. Cela permettra à la Ville d'améliorer les communications avec les citoyens, avant, pendant et après les tempêtes.

« Je pense que ce qu'on doit gérer avant tout, c'est nos communications, c'est notre capacité de répondre clairement aux citoyens par rapport aux attentes », a expliqué le conseiller du district du Versant, Daniel Champagne.

Deux recommandations consistaient à remplacer certaines machines destinées au soufflage des rues et des trottoirs. Pour ces derniers, il se trouve que la Ville avait déjà prévu l'acquisition d'équipement spécialisé.

« On parle de tracteurs qui coûtaient environ 100 000 $ et on parle maintenant de tracteurs qui vont coûter dans les alentours de 200 000 $. Beaucoup plus forts, beaucoup plus robustes donc qui vont nous permettre de faire face à ces grosses tempêtes-là plus efficacement et rapidement », se félicite M. Lalonde.

Une enveloppe de 100 000 $ sera également réservée pour se tourner vers le privé afin de venir en aide aux équipes municipales. Ces entreprises participeront aux opérations de soufflage dans les rues, lors des grosses tempêtes ou si plusieurs d'entre elles se succèdent.

Le problème des délais

Les élus ont toutefois décidé de ne pas aller de l'avant avec une recommandation qui suggérait d'accroître jusqu'à sept jours le temps de déblaiement des trottoirs lors des tempêtes importantes. Ce délai est actuellement de trois jours.

« Il n'y a pas que des voitures à Gatineau. Il y a aussi des piétons, des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées qui sont faits prisonniers dans leur résidence quand le déneigement n'est pas adéquat », a plaidé la conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias.

Plusieurs ont souligné qu'une telle mesure aurait pu être perçue comme une diminution du niveau de services difficilement justifiable aux contribuables.

« Ce n'est pas qu'on ne veut pas le faire en 24 heures. C'est qu'on n'a pas les capacités en ressources pour le faire », a néanmoins rappelé Marco Lalonde.

Ce dernier a souligné aux élus qu'en rejetant cette proposition, ils devront s'attendre à ce que les délais prescrits ne soient pas respectés dans au moins 15 % des cas, ce qui représente la fréquence à laquelle les grosses tempêtes se produisent dans la région.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine