Retour

Gatineau sera mieux outillée pour éviter des surdoses de fentanyl

Alors que le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a mené une importante opération contre le trafic de fentanyl, jeudi, des intervenants de Gatineau seront bientôt mieux outillés pour éviter des surdoses d'opioïdes.

Le Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie dans la région de l'Outaouais formera au début du mois d'octobre, ses intervenants, afin qu'ils puissent intervenir en cas de surdose et utiliser la naloxone.

Cette dernière peut renverser les effets d'une surdose d'opiacés, rétablir une respiration normale et ramener une personne à un état conscient cinq minutes après avoir été injectée.

« L'équipe va être sensibilisée à la naloxone », soutient Yves Séguin, le directeur général de l'organisme.

Une petite formation est nécessaire afin de pouvoir bien injecter le produit. « Il va peut-être pouvoir lui sauver la vie », explique M.Séguin. « C'est essentiel. »

Depuis longtemps déjà les ambulanciers n'hésitent pas à administrer de la naloxone lors qu'ils sont appelés pour des cas de surdose présumée. Plus de 86 % des ambulanciers de l'Outaouais seraient formés pour prescrire cet antidote, selon des données du ministère de la Santé du Québec.

Le fentanyl est un puissant opioïde qui fait actuellement des ravages un peu partout pays. Ce médicament parfois utilisé comme drogue gagne du terrain dans la région de l'Outaouais. 

Plus d'articles