Retour

Gatineau veut mieux encadrer les terrasses commerciales

Les restaurateurs et les tenanciers de bar de Gatineau qui souhaitent aménager une terrasse saisonnière sur un trottoir pourraient devoir faire face à de nouveaux tarifs.

La Municipalité envisage d'adopter un règlement pour encadrer l'occupation temporaire de ses propriétés.

Actuellement, aucun cadre juridique n'existe à la Ville pour traiter et délivrer des demandes de permissions d'occuper de façon temporaire une propriété municipale, notamment pour les projets d'implantation de terrasse de restauration.

Ainsi, un commerçant qui souhaite aménager une terrasse sur un trottoir devra d'abord obtenir une permission de la Vill moyennant des frais. Le tarif serait déterminé en fonction de la valeur foncière du terrain, au prorata du nombre de jours et de la superficie occupée.

La Ville veut ainsi s'inspirer de Montréal et d'Ottawa, qui ont adopté des règlements sous forme de permissions d'occupation.

Des préoccupations

Le directeur général de Vision Centre-Ville, Stefan Psenak, est surpris de n'avoir jamais entendu parler d'un tel règlement. « C'est sûr que c'est préoccupant », soutient-il.

« On va faire nos devoirs pour voir ce qui se passe, par exemple à Québec sur la rue Saint-Jean, quand on la ferme le soir à la circulation pour permettre l'utilisation des terrasses. Il y a d'autres modèles à vérifier ailleurs », souligne M. Psenak.

Le maire de Gatineau se dit toutefois prêt à écouter le point de vue des commerçants et estime qu'il a encore le temps de le faire.

« Je ne vois pas ça comme un problème dans la mesure où, si on était à deux minutes d'une action puis qu'on avait besoin d'agir demain et que le printemps arrivait, je trouverais ça plus difficile », a souligné Maxime Pedneaud-Jobin.

Le projet de règlement fera l'objet d'autres discussions au cours des prochaines semaines.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?