Retour

Geste symbolique des infirmières du CISSSO pour dénoncer les méthodes de leur employeur

Les quatre syndicats affiliés à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ont déposé 2500 griefs à la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), devant l'Hôpital de Gatineau, vendredi à 14 h.

Cette mesure survient après qu'une lettre émise par l'employeur le 3 juillet dernier a semé la confusion auprès des membres syndiquées, explique la présidente du Syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS de Gatineau, Lyne Plante, qui représente 1950 des employés au nom desquels un grief sera déposé.

Cette lettre qui portait sur la réorganisation de services découlant de la fusion des centres de santé de la région était « incomplète » selon Mme Plante, puisqu'elle n'offrait aucune précision sur la nature de la réorganisation prévue, créant un sentiment d'instabilité chez les membres du syndicat.

« C'est le stress qu'on crée en nous laissant dans l'ignorance », déplore Lyne Plante qui qualifie de « manque de respect » cet avis de l'employeur.

Relation syndicat-employeur

La présidente du syndicat craint la détérioration de la relation entre le syndicat et l'employeur. « Depuis qu'on est le CISSSO, il n'y a pas beaucoup de rencontres syndicat-employeur, et on le sait toujours après coup », explique-t-elle.

Elle souligne qu'à l'époque du CSSS, le syndicat était mis dans le coup en amont, lorsqu'une réorganisation était prévue, afin de travailler avec l'employeur à une réduction de ses impacts négatifs sur les employés. « Depuis la création du CISSSO, c'est toujours après coup qu'on découvre les intentions des employeurs », dénonce Mme Plante.

La direction du CISSO n'a pas émis de réaction concernant cette mesure du syndicat.

Plus d'articles

Commentaires