Retour

Gilles Desjardins demande la démission du président de la Chambre de commerce de Gatineau

Se disant profondément choqué par une déclaration du président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) sur son projet immobilier de la Place des peuples, l'entrepreneur Gilles Desjardins réclame la démission d'Antoine Normand et son exclusion de la Chambre pendant cinq ans.

Dans une lettre envoyée au conseil d'administration de la CCG mercredi et dont Radio-Canada a obtenu copie, le patron du groupe Brigil qualifie de « malheureuse, outrageuse, gratuite et sans fondement » l'affirmation d'Antoine Normand, au quotidien Le Droit, selon laquelle M. Desjardins aurait adopté une « approche George Bush, crois ou meurs » dans le dossier de l'important projet immobilier qui serait situé en face du Musée canadien de l'histoire.

Gilles Desjardins exige aussi de la CCG une « rectification de (sa) position officielle à l'égard de (son) entreprise et du projet de la Place des peuples », sans quoi il n'exclut pas d'entreprendre contre Antoine Normand et la Chambre « tous les recours applicables en l'espèce ».

M. Desjardins déplore l'attitude du président de la CCG et estime que celui-ci ne devrait pas critiquer la façon de faire de Brigil.

« Au contraire, notre président se doit de soutenir ses membres, et ce, peu importe leurs styles respectifs. Que la personne qui a reçu le mandat de représenter sur la place publique et, au niveau politique, les entrepreneurs et les commerçants se permette de critiquer un de ses membres sur sa façon d'opérer son commerce est totalement inadmissible! », peut-on lire dans la lettre de Gilles Desjardins.

Brigil a récemment présenté une nouvelle version du projet de la Place des peuples où la forme des deux édifices, qui auraient pignon sur la rue Laurier devant le Musée de l'histoire, prendrait une nouvelle tournure.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine