Pour la seconde fois en un peu plus d'un mois, le chef du Bloc québécois (BQ) était de passage en Outaouais. Gilles Duceppe entend profiter de ces derniers jours de campagne pour notamment séduire les fonctionnaires fédéraux.

Lors de sa rencontre avec la presse, M. Duceppe était entouré des candidats bloquistes des circonscriptions d'Argenteuil-La Petite-Nation, Gatineau et Hull-Aylmer.

« On travaille très fort jusqu'à la fin et je demeure optimiste, surtout avec les jeunes candidats et candidates comme on a ici », a-t-il expliqué.

Le chef du Bloc a martelé que son parti pouvait encore faire des gains, même si les libéraux semblent avoir le vent dans les voiles dans la région.

Pour y parvenir, il mise sur le mécontentement des fonctionnaires et sur les déséquilibres en matière de dépenses fédérales d'une rive à l'autre de la rivière des Outaouais.

« Les centres recherches [...] sont tous du côté d'Ottawa, il n'y en a pas ici. Ça, c'est de l'emploi. Les achats de biens et services, 2,2 milliards de dollars dans la région de la capitale fédérale, 43 millions de dollars de ce côté-ci [au Québec] et tout le reste de l'autre bord. Ce sont des emplois et des emplois de fonctionnaire », rappelle M. Duceppe.

Il n'hésite pas non plus à souligner que cela fait longtemps que la région de l'Outaouais s'estime laissée pour contre et il croit que son parti est le meilleur pour la défendre.

« Il faut avoir à coeur l'Outaouais et ne pas être gêné de demander. Même si dans les partis fédéralistes on dit "ne parle pas trop fort, ça va nuire à nos collègues de l'autre bord", ce n'est pas notre problème », fait-il remarquer.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine