Retour

Graffitis racistes à Ottawa : la Couronne exige une année supplémentaire de détention

Un adolescent qui a plaidé coupable, en février dernier, d'avoir fait des graffitis racistes à Ottawa, l'an dernier, devrait être détenu pour encore un an, a fait valoir la Couronne, lundi. La défense voudrait toutefois que le jeune vandale soit remis en liberté surveillée.

L'adolescent, dont l’identité ne peut être révélée puisqu’il était mineur au moment des faits, avait vandalisé une série d’édifices religieux en y peignant des insultes et des symboles racistes, en novembre 2016.

Les 281 jours que l’accusé a passés en détention ne compteraient pas dans la peine proposée par les procureurs. L’adolescent pourrait avoir une peine allant jusqu’à trois ans, puisque le juge Peter Griffiths avait rejeté une requête pour qu'il soit jugé comme un adulte.

L’avocat du jeune homme s’oppose à la sentence mise de l’avant par la Couronne, en faisant valoir que son client s’est excusé pour ses gestes et qu'il a reconnu ses torts. Il suggère plutôt que le juge remette son client en liberté, avec une période probatoire de deux ans.

Plus d'articles

Commentaires