Retour

Greilsammer, ou incarner musicalement la diversité

Qu'ont en commun le jazz, le violon celtique, le violon classique, le rock et le reggae? Peu de choses, à première vue, mais l'Israëlien Michael Greilsammer a su fusionner ces genres aux antipodes dans sa musique, à travers laquelle il souhaite mettre en valeur la diversité des cultures. Portrait de cet artiste en spectacle dimanche au Festival de jazz d'Ottawa.

Avec ses longues tresses de rastafari, on ne se douterait pas que Michael Greilsammer a d’abord une formation de violoniste classique.

J’ai appris la musique classique et c’était dur pour moi […] Je ne me sentais pas dans mon milieu. Je n’aimais pas m’entrainer et faire des concerts, avoue le musicien qui a également une formation en violon celtique. Plus tard quand j’ai découvert la musique pop et rock, j’ai trouvé qu’on pouvait faire différemment.

Michael a particulièrement apprécié ses premiers contacts avec la musique de Bob Marley, notamment parce qu’il improvisait au violon en écoutant la musique du légendaire chanteur jamaïcain. Mais son appréciation de la tradition reggae ne se limitait pas à la musique.

Je trouve des points communs entre notre tradition juive et les traditions rastafari, estime l’artiste, en citant entre autres les références au mont Sion.

Plusieurs traditions, une musique

Michael fait vivre avec son violon ses influences qui prennent racine tant en Israël qu’en Jamaïque, en passant par l’Irlande et l’Amérique. Il peut également compter sur un quatuor de musiciens aux origines tout aussi diverses pour compléter le groupe qui porte son nom.

Michael et sa femme ont des origines européennes, le bassiste est Américain, et le batteur est Argentin. On a toutes les langues, toutes les cultures et, avec ça, on célèbre une fraternité, confie-t-il.

Il affirme que son groupe et lui se donnent une mission. Nous, comme jeunes musiciens, nous faisons partie d'une génération qui veut trouver une sorte de paix entre nous et aussi autour de nous, dit-il.

Il dit espérer que les choses iront mieux chez lui, mais aussi partout dans le monde.

Avec les informations de Marie-Ève Dusablon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces