Les syndiqués de la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) affirment être prêts à déclencher une grève générale dans l'ensemble des magasins, dès 0 h 1, lundi, si l'impasse demeure dans les négociations.

Même si les clients affluent vers les succursales de la capitale nationale, la plupart des gens que nous avons rencontrés au centre-ville semblent peu inquiets de l'impact qu'aurait un tel conflit, à quelques jours de la fête du Canada.

« Évidemment, s'il y a une grève ici, il y a toujours la SAQ », raconte un client dans une boutique de la LCBO à Ottawa. « Je trouverais ça dommage pour le consommateur, parce que c'est les prendre en otage ».

Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) se dit prêt à déclencher une grève générale.

« On a des roulottes qui sont installées, on est en train à les monter », a prévenu le représentant syndical du SEFPO, Mathieu Royer. « On a préparé toutes nos pancartes, on est prêts à être mobiles, c'est-à-dire que n'importe quel magasin qui va être ouvert, aussitôt que ça va arriver, nous autres on va être rendus là, puis il risque d'y avoir du monde qui va attendre avant l'ouverture ».

La frustration est profonde, selon le syndicat. Les conditions de travail, principalement le haut taux d'employés à temps partiel, sont au centre du litige.

« Ça n'a jamais été à propos d'argent », a expliqué M. Royer. « Le problème, c'est qu'on a 84 % de nos employés qui sont à temps partiel, que ce monde à temps partiel est obligé de travailler 7 jours semaine, en faisant des quarts de travail de 5 heures, 4 heures et même 2 heures. »

La direction de la Régie des alcools de l'Ontario a refusé de commenter le conflit.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine