Retour

Grève dans les collèges : guerre de mots entre le syndicat et l'employeur

Alors que commence lundi la cinquième semaine de grève dans les 24 collèges de l'Ontario, les professeurs et membres du personnel devront se prononcer sur la plus récente offre patronale mardi et jeudi.

D'un côté comme de l'autre, la frustration dans les communications se fait sentir. Chacun accuse l'autre de désinformer le public et les employés.

« Cette offre-là n’est pas du tout ce que l’on cherche pour nos membres, elle est pleine de concessions, elle va nous coûter encore plus cher et ça ne répond pas non plus à la demande de libertés académiques », a dénoncé la porte-parole du SEFPO, Mona Chevalier.

De son côté, le Conseil des employeurs des collèges a lancé un site web - collegevote.ca - dans le but de contrer ce qu'il appelle la « mauvaise représentation de l'offre » par le syndicat.

Le Conseil affirme que l'offre comprend une augmentation salariale de 7,75 % sur quatre ans, des congés parentaux plus longs ainsi qu'une augmentation de la couverture des services paramédicaux.

En ce qui a trait aux libertés académiques, Sonia Del Missier, présidente de l'équipe de négociation du Conseil, affirme que le curriculum doit être décidé à plusieurs. « Du point de vue du syndicat, ils parlent des libertés académiques et ils sont certains que c'est "ou les facultés, ou les collèges". Pour nous, ce n'est pas "un ou l'autre". Ça prend l'opinion de tous les partis », selon elle.

Vers une annulation de la session?

Il est minuit moins une dans les collèges ontariens, car même si les travailleurs doivent voter cette semaine sur la plus récente offre patronale, leur syndicat leur a recommandé de ne pas accepter la proposition. La grève pourrait donc se prolonger au-delà de six semaines si l’offre était rejetée.

« Nous sommes capables de récupérer jusqu’à six semaines dans le calendrier scolaire, notamment en poursuivant l’enseignement jusqu’au 22 décembre et en commençant une semaine plus tôt en janvier », avait toutefois affirmé la présidente de La Cité d’Ottawa, Lise Bourgeois, lors d’une entrevue à l’émission Les matins d’ici le 8 novembre dernier.

Selon Kevin MacKay, membre de l'équipe de négociations du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), « il s'agit de la seule fois de l'histoire des collèges (publics ontariens) que la session est en jeu. Je vous dis, si la grève ne se termine pas cette semaine, la session est sérieusement compromise », dit-il.

Selon le Conseil des employeurs des collèges, en cas de vote positif, enseignants et étudiants pourraient être de retour en classe dès mardi prochain.

Avec les informations de Godefroy Macaire-Chabi

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine