Retour

Grève du zèle des employés de soutien dans les écoles  

Les employés de soutien de nombreuses écoles ontariennes commencent une grève administrative ce lundi. Les employés de soutien que représente la Fédération des enseignants de l'Ontario sont pour la plupart des secrétaires, des éducateurs spécialisés ou des techniciens.

Ils cesseront de faire ce qui n'est pas inclus dans leur description de tâches. Ils n'assisteront plus, par exemple, aux réunions avec l'administration et cesseront de remplir certains documents.

Ces employés, représentés par la Fédération des enseignants du secondaire de l'Ontario, s'ajoutent au 55 000 autres déjà en grève du zèle depuis plus d'un mois et qui sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique.

Pour les deux syndicats, les enjeux sont les mêmes selon le représentant du Syndicat canadien de la fonction publique, Franck Lapensée. « Les employés de l'entretien ont de la difficulté à fournir parce qu'il n'y a juste plus assez d'employés pour le faire et l'autre enjeu est la sécurité d'emploi », dit-il.

Les syndicats estiment aussi que les employés de soutien n'obtiennent pas le même respect à la table des négociations provinciale que les enseignants.

Trois ententes de principe ont été conclues avec des syndicats d'enseignants avant la rentrée.

Par courriel, les associations des conseils scolaires de langue française, catholique et public, déplorent la grève du zèle. Selon elles, rien ne justifie de telles actions en ce moment.

Le gouvernement provincial se dit, quant à lui, toujours prêt à négocier avec les deux syndicats. Il doit d'ailleurs retourner à la table des négociations avec les enseignants anglophones de l'élémentaire public, qui sont, comme les employés de soutien, sans contrat de travail depuis plus d'un an.

Avec le reportage d'Hugo Duchaine

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine