Retour

Grève tournante : un comité a les employés du CISSSO à l'oeil

Le comité des usagers du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais a à l'œil les travailleurs en grève du domaine de la santé.

Le coordonnateur du comité, Grégoire Ruel, rappelle que des services essentiels doivent être assurés.

Le rôle du comité est d'agir un peu à titre de « chien de garde ». « On doit s'assurer du respect des droits des usagers. On a un pouvoir de dire quand quelque chose ne fonctionne pas », soutient M. Ruel.

Un peu plus de 12 000 travailleurs du secteur public québécois débrayaient lundi en Outaouais. Des piquets de grève se sont tenus devant plus d'une soixantaine d'établissements dans la région, dont des écoles, des centres jeunesse, des CHSLD et des CLSC.

Les compressions dans le milieu de la santé inquiètent grandement le comité des usagers du CISSS de l'Outaouais.

Négociations en cours

Le gouvernement québécois du premier ministre Philippe Couillard propose à ses employés un gel de salaire de deux ans et des augmentations de 1 % par année au cours des trois années suivantes.

Ces augmentations salariales, qui représentent 3 % sur cinq ans, irritent les syndiqués, qui réclament 4,5 % par année au cours des trois prochaines années, pour un total de 13,5 % sur 3 ans.

La ministre de la Justice et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, rappelle que les syndiqués ont le droit de manifester leur mécontentement, mais que plus de 1374 rencontres dans le cadre des négociations ont eu lieu au cours de la dernière année.

« Nous allons continuer de négocier pendant toute la semaine, on est sérieux dans notre démarche », croit la ministre. « Évidemment on a à cœur l'éducation, la santé et les services aux citoyens. »

La ministre estime toutefois que son gouvernement tient au gel salarial afin d'atteindre son objectif d'équilibrer le budget du gouvernement. Mme Vallée souligne que les demandes salariales du front commun représentent un peu plus de 10 milliards de dollars.

Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars dernier. Si l'impasse persiste aux tables de négociation, le Front commun intersyndical entend tenir d'autres journées de grève les 9 et 10 novembre ainsi que les 1er, 2 et 3 décembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine