Retour

Gyrophares verts : « chaque seconde compte », selon les pompiers volontaires

Les pompiers volontaires de la MRC des Collines-de-l'Outaouais défendent les feux verts clignotants malgré une utilisation timide pendant la première année du projet pilote les concernant.

Cela fait un an que les pompiers volontaires de la MRC des Collines-de-l'Outaouais et la MRC de Bécancour peuvent utiliser ce gyrophare amovible qu'ils installent dans leur véhicule personnel pour se rendre plus rapidement sur les lieux d'une urgence. L’objectif est de faciliter leur déplacement, même s’ils doivent respecter le Code de la sécurité routière.

Or, selon une récente étude du ministère de la Sécurité publique, les gyrophares ont été utilisés moins de 50 % temps par les 418 pompiers ciblés. Sur ces 1863 utilisations, le temps de déplacement des pompiers a été amélioré dans 30 % des cas. On note par ailleurs une amélioration de plus de 2 minutes dans 5 % des cas.

Pour le directeur des communications de la Fédération québécoise des intervenants en sécurité incendie, Michel Gauthier, ces gains en valent la peine. « Ça bénéficie à la population, aux victimes et en identifiant les pompiers, ça améliore la sécurité des pompiers aussi », a dit M. Gauthier.

« Le but, c'est d'identifier un pompier qui va sur une intervention et ça marche », a ajouté M. Gauthier, qui utilise lui-même le feu vert clignotant.

Pour M. Gauthier, des lacunes dans la cueillette des données de l'étude du ministère de la Sécurité publique publié au début du mois ne rendent pas justice à l'efficacité de l'appareil.

« Ce n'est pas facile de remplir les rapports électroniquement et on nous a dit au départ que les rapports papier ne seraient peut-être même pas pris en compte. Donc, les gars se sont demandé si ça vaut la peine de remplir un rapport », a indiqué M. Gauthier.

Les maires de la région que Radio-Canada a contactés n'ont pas voulu commenter le dossier, préférant d'abord lire le rapport en profondeur.

Le sujet des feux verts clignotants devrait être abordé cette semaine lors d'une rencontre entre les maires de la MRC des Colline-de-l'Outaouais.

Le projet pilote se poursuit jusqu'en 2019.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine