Henry Burris n'a pas caché ses intentions lors de la semaine menant à la Coupe Grey. Il allait prouver à ses critiques qu'il méritait que son nom soit mentionné avec ceux des grands quarts-arrière de la Ligue canadienne de football (LCF). Et il ne pouvait rêver d'un meilleur scénario pour soulever le trophée pour une troisième fois.

Burris a été sacré joueur par excellence du match lors de la victoire de 39-33 du Rouge et Noir d’Ottawa contre les Stampeders de Calgary. Il s’est même permis de marquer le premier touché de l’équipe sur la séquence offensive initiale. Tout ça après avoir quitté l’échauffement en raison d’une douleur au genou. Même qu’il avait été annoncé que Trevor Harris allait amorcer la rencontre.

Pas question toutefois pour Burris de rater le rendez-vous avec l’histoire. « J’étais un peu paniqué parce que j’avais ma famille ici, toute la ville d’Ottawa qui nous encourageait. Je voulais être le meneur de l’équipe et accomplir le travail », a mentionné celui qui est devenu, à 41 ans et 61 jours, le plus vieux quart à remporter la Coupe Grey.

Il a accompli cet exploit contre son ancienne équipe, les Stampeders de Calgary, qui l’avaient mis à l’écart, considérant que sa carrière était terminée.

« Tout le monde les a choisis comme favoris. Quand tu écoutais les gens, tu te demandais pourquoi on essayait. Mais on savait ce dont on était capable de faire », a expliqué le vétéran, qui a accumulé 461 verges par la passe dans la rencontre.

Ses coéquipiers n’ont pas tari d’éloges à son égard après la rencontre. Le joueur de ligne offensive, Jason Lauzon-Séguin, se souvient de ce que Burris lui a dit après que le titre de recrue de l’année lui ait échappé au Gala de la LCF. « Il est venu me voir et il était vraiment fâché [que les joueurs des Stampeders aient balayé les honneurs individuels]. Je l’ai tout de suite vu dans ses yeux qu’il n’allait pas la laisser tomber celle-là », a indiqué celui qui s’est offert une victoire de la Coupe Grey pour son 26e anniversaire.

Antoine Pruneau a voulu parler du modèle que Burris représente pour les plus jeunes : « Je suis vraiment content d’avoir été sélectionné par Ottawa et d’être venu ici, mais rencontrer cette personne-là et l’avoir comme exemple professionnel, c’est la meilleure affaire qui me soit arrivée. »

Burris n’avait pas encore quitté le terrain dimanche que déjà il avait hâte de célébrer la victoire avec les partisans d’Ottawa.

Plus d'articles