Huit personnes se retrouvent à la rue après le violent incendie qui a ravagé hier soir un édifice centenaire du Vieux-Hull.

Les flammes ont pris naissance vers 22 h 20, au 47 rue Wright, à l'intersection de la rue de Carillon. L'immeuble abrite cinq logements et un dépanneur.

Selon le service de police de Gatineau, les locataires étaient tous sortis de l'édifice à l'arrivée des services d'urgence.

Les dommages sont évalués à plus de 700 000 $. Les pompiers ont combattu les flammes jusqu'à 4 h 30 samedi matin.

Le Service des incendies n'exclut pas pour l'instant la thèse d'un incendie criminel.

Une voisine sous le choc

Une voisine de l'immeuble où a eu lieu l'incendie, Zeena Dumond, s'est étonnée de l'intensité des flammes.

À un certain moment, la jeune femme s'est demandé si son immeuble allait aussi brûler.

« C'était difficile de dormir, car tu ne savais pas ce qu'il allait se passer, explique-t-elle. Tu vois ça dans les films, tu ne t'attends pas à voir ça ici. »

« La malédiction du Vieux-Hull »

L'immeuble centenaire qui a brûlé s'ajoute à une longue liste d'édifices historiques qui ont brûlé depuis plusieurs années dans le secteur, la « malédiction du Vieux-Hull », selon l'historien Roger Blanchette.

« C'est toujours dramatique sur le plan historique, explique-t-il. D'autant plus que lorsqu'on parle du Vieux-Hull, il ne reste pratiquement plus rien. »

De plus, la disparition des vieux bâtiments à Hull n'a pas seulement eu lieu lors des expropriations pour construire les édifices fédéraux Portage. Plusieurs incendies ont également eu lieu, aux dires de l'historien.

S'il ne reste plus beaucoup de bâtiments patrimoniaux dans le quartier, l'historien se réjouit toutefois de voir qu'il reste encore quelques trésors, comme la fonderie ou le Théâtre de l'Île. 

D'après les informations du journaliste Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires