Retour

Hygiène des mains du personnel : le CISSS de l’Outaouais satisfait malgré les lacunes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais (CISSS) est satisfait du taux de conformité de ses employés aux normes d'hygiène des mains fixées par le ministère de la Santé, même s'il n'atteint pas la cible de Québec.

Un texte de Dominique Degré

« Je vous dirais qu’on est quand même très fiers de nos résultats, parce qu’on observe que depuis trois ans qu'on s’améliore de façon continue », estime la chef de service de l’équipe de prévention des infections au CISSS de l'Outaouais, Anne Samson, qui reconnaît du même souffle qu’il y a encore du travail à accomplir.

Le CISSS de l'Outaouais est le troisième centre de santé au Québec en matière de conformité aux normes hygiéniques, avec un taux de 67 %. L’objectif du ministère de la Santé pour l’année fiscale 2017-2018 est que tous les établissements atteignent un taux de conformité de 70 %.

Mme Samson explique que des stratégies comme de plus nombreux contrôles de conformités, des sondages auprès du personnel ainsi que des campagnes d’information et de sensibilisation ont été mises en place pour atteindre la barre de 70 % dans l’ensemble des établissements du CISSS de l'Outaouais le 31 mars.

Selon Mme Samson, des interventions locales plus précises sont également nécessaires pour corriger le tir dans certains établissements comme l’Hôpital de Papineau, où le taux de conformité n’atteint que 55 %.

« À Papineau, localement, il y a un comité de prévention des infections, et il y a un médecin qui siège à ce comité-là […] Il a été informé des résultats […] et il va discuter avec ses collègues pour essayer de se mobiliser à améliorer leurs taux de conformité à la pratique », explique Mme Samson.

Cette dernière rappelle que les données du dernier trimestre de la période 2017-2018 ne sont pas encore compilées et qu’il est donc encore possible d’atteindre le taux de conformité de 70 %.

Risque accru de transmission des maladies

Selon le président de l’Association des microbiologistes du Québec, Patrick D. Paquette, le lavage des mains est primordial pour lutter contre la propagation de virus.

« Une bonne hygiène des mains, c’est souvent la clé pour limiter un grand nombre d’infections, parce qu’il y a presque 80 % des infections qu’on va attraper par les mains », souligne-t-il.

Ce dernier s’inquiète donc des taux de conformités aux normes d’hygiènes des mains souvent en deçà de cibles gouvernementales.

M. Paquette explique également que les bactéries se propagent davantage dans les milieux avec une grande densité de personnes, comme les salles d’attente.

Les salles d’urgence des hôpitaux de Hull et de Gatineau — deux établissements qui atteignent 60 % de taux de conformité aux normes d’hygiène des mains — étaient d'ailleurs débordées au courant des derniers jours en raison notamment d’une éclosion de grippe.

L’hygiène des mains du personnel des deux hôpitaux aurait pu contribuer à empirer la situation, croit Anne Samson.

« Les taux d’hygiène des mains à Hull et à Gatineau n’expliquent pas l’activité grippale qu’on a dans la communauté. Mais quand on parle d’éclosions de grippe dans nos milieux de soins, alors oui, la déficience au niveau de l’hygiène des mains est sûrement un des éléments qui a contribué à la transmission », avance-t-elle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque