Retour

« Il ne devrait pas y avoir d'accidents de cette nature-là », dit le père d’Olivier Bruneau

Le père d'Olivier Bruneau, un travailleur qui a trouvé la mort sur un chantier de Claridge Homes à Ottawa il y a deux ans, dénonce le manque d'action du ministère du Travail pour prévenir les accidents de travail à cet endroit, après qu'un autre incident s'y soit produit vendredi.

« Je pensais que Bellai Frères Construction et Claridge Homes auraient compris et qu’ils auraient pris soin des travailleurs. Ça ne semble pas être le cas. Je pensais que le ministère du Travail aurait pris soin du chantier, ils sont à un coin de rue du chantier, c’est extrêmement attristant », a déclaré Christian Bruneau.

Vers 14 h vendredi, un travailleur a été trouvé inconscient au cinquième étage d'un bâtiment en construction situé à l’angle des rues Preston et Carling. ll s’agissait du quatrième accident de travail à cet endroit.

L’homme aurait fait une chute de trois mètres, comme l’a précisé le Service de police d’Ottawa. Atteint d'une grave blessure à la tête, il a été transporté à l’hôpital.

« On est en 2018, tous les moyens pour prévenir les accidents sont disponibles [...] il ne devrait pas y avoir d'accidents de cette nature-là », a indiqué M. Bruneau.

Ses pensées accompagnent la famille du blessé, dit-il.

Des changements réclamés

Depuis l’accident de son fils, il milite aux côtés du Conseil canadien du travail et du Syndicat des Métallos afin d'améliorer la sécurité pour les employés sur les chantiers de construction et d'apporter des changements à la Loi sur la santé et sécurité au travail de l’Ontario. Il déplore le manque de volonté politique.

« Les moyens sont en place, mais les actions ne suivent pas. Au bout de deux ans de représentation auprès du ministère, la seule chose qu’on a été capable d’obtenir, c’est un rehaussement des pénalités au sens de la loi, mais il n’y a rien du côté de l’application des amendes », a-t-il avancé.

En décembre 2017, le ministère du Travail a haussé de 500 000 $ à 1 500 000 $ le montant maximal d'une amende pour une infraction à la Loi sur la santé et la sécurité au travail. Mais M. Bruneau estime que la loi n’est pas assez sévèrement appliquée.

Le nombre de décès au travail dans le secteur de la construction est de 16 en 2016-2017, un nombre qui a varié entre 12 et 22 lors des cinq dernières années.

M. Bruneau espère que la sécurité des employés sur les chantiers de construction deviendra un enjeu électoral provincial cette année.

Avec les informations de Dominique Degré

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards