Retour

Il y a 40 ans, une tornade frappait Masson-Angers

Il y a 40 ans jour pour jour, une tornade de force 2 s'abattait sur l'est du secteur de Masson Angers, à 17 h 27 précisément.

En moins de deux minutes, des vents de 130 kilomètres à l'heure avaient causé des dégâts importants : une dizaine de maisons avaient été complètement rasées et une vingtaine d'autres, lourdement endommagées.

La tornade avait fait 35 blessés mineurs, ce que plusieurs avaient qualifié de miracle à l'époque.

Denise Parisien n'a jamais oublié cet après-midi de juin 1978. Elle a été retrouvée sous un amas de débris couchée sur sa fille de trois mois.

« Le souvenir que j'en ai là, c'est de m'être lancée sur Judith, elle était assise dans sa poussette à terre », raconte Mme Parisien.

« Elle, elle ne s'en souvient pas. Mais moi, quand je suis au chalet et qu'il y a des orages violents, il faut que je ferme tous mes rideaux. Je vais rester marquée pour le reste de mes jours », poursuit-elle.

Alors directeur adjoint du Service de sécurité incendie de Masson-Angers, Paul Trempe se souvient aussi de cette catastrophe naturelle aussi violente qu'inattendue.

« Il commençait à pleuvoir fort, puis la pluie a tourné comme un tourbillon », explique-t-il. « Quand je suis arrivé à la caserne, il pleuvait tellement que j'avais du mal à voir devant moi. On s'en allait sur une intervention. En sortant de Masson, il y avait des poteaux d'Hydro Québec qui étaient comme penchés. »

Ce n'est que plus tard que M. Trempe a compris ce qu'il s'était réellement passé.

Les pompiers ont ensuite vérifié que les résidents affectés par la tornade aient pu évacuer à temps. Deux des pompiers qui travaillaient alors pour le Service de sécurité incendie de Masson-Angers ont vu leur maison totalement détruite.

« Quand ils sont revenus de leur intervention, il n'y avait plus de maison pantoute. Tout avait été soufflé », précise-t-il.

Mais pour M. Trempe, comme pour bon nombre de résidents du secteur, la page est maintenant tournée.

Plus d'articles