Retour

Il y a un an, trois femmes étaient assassinées près de Wilno

Le matin du 22 septembre 2015, il y a un an jour pour jour, un tireur enlevait la vie à trois personnes, toutes des femmes, dans trois petites communautés de l'ouest d'Ottawa : Bancroft, Foymount et Wilno.

Anastasia Kuzyk, 36 ans, Nathalie Warmerdam, 48 ans et Carol Culleton, 66 ans, ont péri ce jour-là. Selon les policiers et des proches des victimes, elles connaissaient toutes leur présumé agresseur, un homme au lourd passé judiciaire récemment sorti de prison.

Cinq heures après la découverte du premier corps, à l'issue d'une chasse à l'homme, un suspect était arrêté en banlieue d'Ottawa. Il s'agit de Basil Joseph Borutski, 58 ans.

L'homme subira son procès devant juge et juré à l'automne 2017. Il fait face à trois chefs d'accusation de meurtre au premier degré.

Emprisonné à deux reprises

Quelques années avant le drame, Basil Borutski avait purgé deux peines de prison. Une première en juillet 2012, après qu'un juge l'eut reconnu coupable d'avoir proféré des menaces envers la famille de Nathalie Warmerdam.

En raison du temps passé derrière les barreaux en attendant le verdict, Borutski a purgé 33 jours sur les 5 mois de prison dont il avait écopé.

Par la suite, en janvier 2014, Borutski a été reconnu coupable d'avoir notamment agressé et étranglé Anastasia Kuzyk, écopant de 19 mois de prison. Il en est ressorti après cinq mois.

Le juge lui avait ordonné de suivre une thérapie sur la gestion de la violence - ce qu'il n'a jamais fait. Il a également refusé de signer une ordonnance de probation lui interdisant d'être à plus de 500 mètres de la victime, Anastasia Kuzyk.

Selon les recherches de CBC, notamment de l'émission The Fifth Estate, différentes plaintes liées à de la violence ou du harcèlement avaient été déposées envers Basil Borutski au fil des ans. Les victimes ont cependant retiré ces plaintes.

Plus d'articles

Commentaires