Retour

Incendie au 420, Cité-des-Jeunes : heures d'angoisse pour les sinistrés

Les sinistrés de l'incendie, qui s'est produit jeudi dernier dans un complexe résidentiel de Gatineau, ont hâte de retrouver une vie normale. La Croix-Rouge les a logés dans des hôtels de façon temporaire.

Malgré tout, ils sont nombreux à vivre difficilement ce changement brutal, dont Constant Kanon et sa conjointe, Nadège Doffou. Cette dernière vit des heures d'angoisse depuis que l'immeuble où se trouve son appartement a été la proie des flammes.

« Nos habitudes de vie ont changé. Nous essayons de voir la suite des choses, parce que nos affaires sont encore là-bas », explique-t-elle avec émotion.

Le couple est préoccupé : il ignore dans quel état se trouve le logement, situé dans la partie de l'immeuble qui nécessite beaucoup de travaux.

Constamment sur le téléphone et l'ordinateur, les deux cherchent un nouvel endroit pour vivre, le plus rapidement possible.

Malgré ces moments difficiles, certains tentent de faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Deux jours après le drame, les organismes ne baissent pas les bras pour accompagner les sinistrés.

« La Ville a prolongé jusqu'à lundi matin l'hébergement, l'Association des propriétaires va mettre des appartements disponibles pour les personnes qui ne pourront pas réintégrer », explique une bénévole pour la Croix-Rouge, Anne Boutin.

Lundi donc, les chambres d'hôtel seront libérées et Robert Morisset, qui occupe son appartement depuis plus de 20 ans, espère le retrouver assez rapidement.

« Puisque je n'ai pas été affecté en tant que tel, ils vont probablement me dire de réintégrer mon appartement sans aucun problème », souhaite-t-il. « Sinon, je pense qu'il y a des membres de ma famille qui vont me voir! »

Selon le reportage de Godefroy Macaire-Chabi

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine