Retour

Injonction pour interdire les manifestations de chauffeurs de taxi près de l'aéroport

Le différend qui touche les chauffeurs de taxi de l'aéroport d'Ottawa s'est déplacé en cour aujourd'hui. La Ville d'Ottawa et l'aéroport international d'Ottawa ont obtenu une injonction pour interdire les manifestations de chauffeurs de taxi dans les rues près de l'aéroport.

Le conflit de travail s'est envenimé ces dernières semaines, alors que trois chauffeurs s'en seraient pris à une voiture Blueline, faisant éclater une vitre. Un passager se trouvait à l'intérieur du véhicule.

Une note du service juridique, transmise au maire et aux conseillers municipaux d'Ottawa lundi, souligne que les chauffeurs ont le droit de protester contre leur employeur, mais que ce droit est limité.

La Ville estime que cela ne signifie pas qu'ils peuvent proférer des menaces, bloquer des rues ou encore mettre en danger la sécurité publique.

« Les syndicats et la population avaient le droit d'exprimer leur point de vue, mais maintenant, je pense que la situation est dangereuse », explique le maire.

Bien que la Ville et l'aéroport ne soient pas partie prenante dans le conflit entre Coventry Connections et le syndicat Unifor, elles réclamaient une injonction, afin de protéger la sécurité publique.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires