Retour

Inondations : des bénévoles qui veulent aider à tout prix

Lisa Cyr a un horaire chargé : elle travaille, s'occupe de sa fille de 16 ans, une enfant à besoins spéciaux et, quand elle a un peu de temps et une gardienne, elle fait du bénévolat. Cette semaine, elle a rejoint près de 300 autres personnes qui ont rempli des milliers de sacs de sable pour les riverains touchés par les inondations dans la région de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Un texte d’Anaïs Brasier

« Je suis tout le temps pressée, tout le temps de quoi à faire », lance Lisa Cyr, qui a malgré tout pris quelques minutes pour nous expliquer pourquoi elle ne pouvait pas rester les bras croisés à ne rien faire alors que tant de Néo-Brunswickois sont aux prises avec des inondations historiques.

C’est en revenant d’un séjour à Halifax, vendredi, qu’elle a vu l’ampleur des dégâts. « Quand je suis passée par Hampton, Quispamsis et Darlings Island, j’ai pleuré. Ça m’a vraiment touchée, je devais faire quelque chose. »

Dimanche après-midi, elle a donc appelé une gardienne qui est venue s’occuper de sa fille, atteinte du syndrome de Rett, pendant qu’elle allait pelleter du sable. Une drôle d’activité pour sa journée de congé, mais Lisa insiste : elle a eu beaucoup de plaisir.

D’ailleurs, elle compte se remettre à la tâche dès mardi : « Je vais revenir et faire n’importe quoi que je peux faire pour les aider. »

Des tonnes de sable

Les bénévoles comme Lisa Cyr ne sont pas difficiles à trouver en ce moment dans le sud du Nouveau-Brunswick.

Près de 300 personnes sont venues prêter main-forte aux employés de la Ville de Saint-Jean, qui remplissent des sacs de sable depuis mercredi, selon le contremaître Robert Stewart.

Ensemble, ils ont rempli entre 20 000 et 30 000 sacs de sable, dit-il.

Chaque sac pèse 18 kilos (40 livres). Des centaines de tonnes de sable ont ainsi été distribuées aux riverains voulant protéger leur maison de l’eau qui n'a cessé de gagner du terrain depuis plus d’une semaine.

Voir toutes ces personnes l’aider bénévolement a attendri Robert Stewart. C’était au-delà de ses attentes, voire « phénoménal », lance-t-il. « Je suis plus que content, je suis fier en ce moment d’être un citoyen de Saint-Jean et de voir ma communauté se rassembler ainsi. »

Selon les autorités de Grand Bay, une municipalité près de Saint-Jean fortement touchée par les inondations, les besoins en sacs de sable diminuent. Elles encourage les bénévoles à se reposer afin de revenir en force pour l’opération nettoyage, qui débutera dès que le niveau de l’eau commencera à descendre.

Plus d'articles