Retour

Intégrer les réfugiés syriens par le cinéma francophone

Afin d'améliorer leur français et de briser l'isolement, 200 réfugiés syriens du quartier de Hull et d'Aylmer ont assisté à une projection cinématographique, samedi.

Une occasion en or de pratiquer la langue de molière pour ces nouveaux arrivants, selon l’organisateur de l’événement, Jacques Laberge. « La barrière de la langue constitue un obstacle très important, car les familles, quand elles sont arrivées, elles ne parlaient pas le français ni l'anglais », explique le bénévole.

La projection du film Belle et Sébastien 2: L'aventure continue a bien plu aux dizaines de familles présentes.

Nous voulons plus d’activités comme ça, puisque ça nous aide à nous intégrer et ça fait changement pendant l’hiver!

Fadia Al Farrah, selon les dires de son interprète

Pour certains, l’apprentissage du français se fait beaucoup plus difficilement que d’autres. Assister à la projection d’un film leur permet donc de reconnaître quelques syllabes ou sons propres à la langue.

« C’est un cheminement qui avance, mais à petits pas », explique M. Laberge.

Un jeune réfugié irakien, arrivé au pays il y a de cela cinq ans, a d’ailleurs tenu à encourager les jeunes à persévérer.

« C’est sûr que c’est difficile pour eux autres, comme quand que je suis venu ici », raconte Ossama Jassim, 17 ans. « Ça me rappelle des souvenirs quand je vois qu’ils ont de la misère à parler. »

« Regardez la télé en français, car si vous restez enfermé avec votre culture, c’est certain que vous n’apprendrez pas le français », conseille l’adolescent. « Il faut s’adapter à la culture canadienne pour apprendre la langue. »

De son côté, M. Laberge et son équipe entendent redoubler d’efforts pour franciser les réfugiés syriens. « On va mettre l’accent sur l’apprentissage du français, on va aller chez eux les aider. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine