Retour

Interdits en Ontario, les pitbulls sont envoyés à la SPCA de Saskatoon

Depuis juillet, des refuges pour animaux de l'Ontario et du Manitoba ont envoyé 16 pitbulls à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Saskatoon.

Parmi eux se trouve Bitty, une femelle de race mêlée de 3 ans. Arrivée cette semaine dans l'organisme de Saskatoon, elle se promène dans leurs locaux sans faire de bruit.

Si ce refuge n'avait pas voulu l'accueillir, elle aurait probablement dû être euthanasiée. Ce qui est en cause, c'est l'interdiction des pitbulls en vigueur dans la province de l'Ontario depuis 2005, que des citoyens veulent assouplir. Au Manitoba, les pitbulls ont été interdits 15 ans avant l'Ontario.

Directrice d'une école de dressage canin à Regina, Barbara Lloyd est soulagée que la Saskatchewan soit un havre de paix pour ces chiens. Elle trouve cruelles les interdictions dans les autres provinces du pays.

C'est une chasse aux sorcières moderne.

Barbara Lloyd, directrice d'une école de dressage pour les chiens

« Les gens ont peur. Ils entendent parler de choses et deviennent extrêmement réactionnaires », a-t-elle déclaré en anglais à l'émission Saskatoon Morning de la radio de CBC.

Au cours de sa carrière, les comportements les plus agressifs qu'elle ait vus n'étaient pas ceux de pitbulls, mais ceux de deux labradors qui l'ont grièvement mordue.

Selon Mme Lloyd, un comportement violent ne devrait pas être associé à certaines races et les attaques de chiens devraient être étudiées au cas par cas, au lieu qu'une race soit interdite.

« Désinformation »

Coordinatrice aux relations publiques de la SPCA de Saskatoon et bénévole, Cathy Brin croit que les pitbulls sont stigmatisés.

« C'est juste beaucoup de désinformation », a-t-elle avancé, en anglais. La plupart des personnes qui viennent à la SPCA de Saskatoon ne sont pas décontenancées par les pitbulls, a-t-elle remarqué.

D'autres refuges prennent en charge les frais de transport des animaux, ainsi que leurs vaccinations.

Une fois qu'ils sont arrivés à Saskatoon, la SPCA évalue le comportement des chiens pour s'assurer qu'ils sont aptes à l'adoption.

Pour sa part, Bitty a réussi son test sans problème et a été adoptée 24 heures après son arrivée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine