Retour

Intervention policière controversée à Gatineau

Des jeunes et des parents dénoncent une action policière effectuée vendredi soir. Certains prétendent que des policiers de la Ville de Gatineau ont utilisé une force plus grande que nécessaire.

Pour voir la vidéo sur mobile, cliquez ici 

Une fête de la rentrée entre adolescents a mal tourné dans le secteur de Hull. En tout, 320 jeunes étaient réunis dans le sous-sol de l'église Notre-Dame de la Lorette, mais une vingtaine de policiers ont dû intervenir pour mettre fin à la fête et contrôler la foule.

Ce qui devait être une fête tranquille pour marquer la rentrée scolaire a dégénéré quand les esprits se sont échauffés.

Plus de trois cents adolescents se sont retrouvés à l'extérieur de l'église, des bagarres ont éclaté. De l'aveu d'un de ces jeunes, Jean-François Lévesque, certains ont confronté les agents.

« Mais tout le monde faisait ça, tout le monde criait », poursuit le jeune.

Malgré tout, les adolescents reprochent aux policiers d'avoir utilisé une force excessive pour maîtriser la situation. Des jeunes ont accepté de parler à Radio-Canada, mais sans la présence de nos caméras.

« Ils m'ont tenu à deux »

L'arrestation de Jean-François Lévesque a été filmée et il dit avoir été violenté.

« Ils m'ont tenu à deux, dans la face », raconte l'homme.

L'adolescent, qui a reçu une contravention de 120 dollars pour avoir troublé la paix, s'est rendu à l'hôpital dimanche pour faire évaluer ses blessures par un médecin.

Dénonciation d'un parent

Le père de Jean-François, Jean, dénonce avec vigueur l'intervention des policiers. Ces derniers n'avaient pas, selon le père, à utiliser une telle force pour contenir son fils.

« C'est sûr et certain qu'il y a quelqu'un qui devra payer pour ça », explique le père de famille.

Jean Lévesque dit avoir officiellement porté plainte auprès du Service de police de Gatineau (SPVG). L'homme évalue également la possibilité d'engager un avocat au cours des prochains jours.

« Ils ont toute sorte de techniques, ils ne sont pas obligés de les garrocher à terre, leur écraser la face sur l'asphalte, se désole M.Lévesque. Ils sont entraînés pour ça eux autres, ils ont d'autres méthodes . »

Le SPVG n'était pas en mesure de commenter l'affaire aujourd'hui, mais elle précise qu'elle s'adressera aux médias cette semaine.

D'après un reportage de Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires