Le PDG d'Investir Ottawa veut venir en aide aux jeunes entrepreneurs et aux jeunes entreprises de la capitale nationale en attirant notamment des géants du secteur technologique.

Un texte de Stéphane Leclerc

Mike Tremblay était l'invité du maire d'Ottawa mardi matin, pour son traditionnel déjeuner à l'hôtel de ville et n'a pas caché son désir d'attirer les géants de l'informatique Amazon, Apple, Microsoft et Facebook.

« Bien sûr que nous les voulons! », lance le nouveau PDG d'Investir Ottawa, l'organisme subventionné principalement par la Ville pour attirer des entreprises, les aider à se développer et trouver des marchés.

« Amazon est l'une des cinq plus grandes compagnies à capitalisation boursière du monde. Bien sûr que nous allons chercher à attirer Amazon, Apple, Microsoftt et Facebook. Ce sont des créateurs d'infrastructure, ils offrent des plateformes. Elles font évidemment partie de notre écosystème technologique aujourd'hui », soutient M. Tremblay. Ce dernier a été embauché il y a un an pour prendre les rênes d'Investir Ottawa. Il connaît bien le milieu technologique, lui qui était vice-président chez Microsoft Canada avant de relever ce nouveau défi.

On sait que la Ville d'Ottawa a fait des démarches pour qu'Amazon établisse son siège social canadien dans la région de la capitale nationale. À ce jour, rien de nouveau n'est à signaler dans ce dossier.

Ottawa a ce qu'il faut

La Ville peut aussi pour devenir un centre important pour le développement des véhicules autonomes au Canada.

Le constructeur Ford en tout cas, y voit beaucoup de potentiel. Selon M. Tremblay, il ne fait pas de doute qu'Ottawa s'est trouvé une niche dans ce secteur. La réputation de la Ville n'est pas à refaire selon lui. Pour le développement des nouvelles tendances technologiques, le PDG d'Investir Ottawa parle de technologie « blockchain ». Le modèle utilisé par la monnaie Bitcoin, par exemple, est comme un immense registre de transactions virtuelles qui se gère lui-même. Il s'agirait là d'une formidable opportunité pour le gouvernement fédéral, soutient M. Tremblay.

« C'est comme un registre "en direct" des activités. Un exemple de l'utilisation de la "chaine de blocs" pour le gouvernement serait de créer un registre de tous ses actifs. Chaque transaction, du gouvernement, serait enregistrée dans cet immense registre. Une autre application de ce concept au sein du gouvernement serait d'ouvrir ce registre virtuel aux citoyens. Cela lui permettrait d'enregistrer chacune de ses transactions avec les citoyens », affirme le PDG d'Investir Ottawa.

Attirer et retenir le talent

Mike Tremblay reconnaît qu'attirer et retenir les jeunes cerveaux qui seront à l'origine de ces développements représente un défi. Il estime que la preuve a été faite qu'Ottawa pouvait devenir un pôle d'attraction touristique, avec tous les évènements qui ont eu lieu en 2017.

« Il y a eu beaucoup de recherche faite sur le pouvoir d'attirer les gens à Ottawa en 2017, d'un point de vue touristique. Mais sur le plan commercial, de la mise en marché, nous devons refaire tout le travail pour ce qui est de la recherche de talents et nous le savons. La bonne nouvelle, c'est que nous le savons et que nous allons nous en occuper », dit-il.

Selon lui, il ne reste maintenant qu'à transposer ce succès de 2017, dans le milieu des affaires.

Plus d'articles