Retour

« Je n'ai jamais abandonné » - Daniel Brière

Daniel Brière est retourné « chez lui », à Philadelphie, pour commenter sa décision de se retirer du hockey.

« Plusieurs de mes meilleures [saisons] se sont passées ici », a déclaré Brière mardi, en conférence de presse aux côtés de Paul Holmgren.

Holmgren était directeur général à l'époque lorsque le Gatinois s'est entendu avec les Flyers à l'ouverture du marché des joueurs autonomes sans compensation en 2007.

Il venait de signer un contrat de 8 saisons évalué à 52 millions de dollars américains. Il s'agissait d'un des plus gros contrats de cet été, surtout offert à un « petit » joueur de centre.

D'ailleurs, ce dont Daniel Brière est le plus fier dans sa carrière, c'est d'avoir persévéré malgré les critiques.

« C'est une chose d'accéder à la LNH, mais c'en est une autre d'y rester, a dit Brière, qui a rappelé qui lui a fallu au moins de trois ans de voyages entre la Ligue nationale et les mineures avant de se tailler un poste pour de bon.

« Je n'ai jamais abandonné, j'ai travaillé fort. »

Et cette persévérance ne date pas d'hier. Brière a admis que lorsqu'il jouait à Drummondville, il avait conservé dans une boîte des coupures d'articles de journaux qui parlait de sa petite stature, trop petite pour atteindre la LNH selon plusieurs.

Quand les temps étaient difficiles, il sortait cette boîte à titre de motivation pour prouver le contraire.

Les Flyers rendront hommage à Brière

Le 27 octobre, les Flyers souligneront la carrière de Brière dans un match contre les Sabres de Buffalo, équipe pour laquelle le Gatinois a joué pendant plus de trois saisons.

Il a également porté les couleurs des Coyotes de Phoenix, du Canadien de Montréal et de l'Avalanche du Colorado.

En 17 saisons, il a inscrit 696 points, dont 307 buts. Reconnu comme un joueur qui élève son jeu d'un cran dans les séries, il y a marqué 53 buts et 63 passes en 124 matchs éliminatoires.

Enfin, Brière a admis que la fin de saison 2010 avec les Flyers constituait le meilleur moment de sa carrière. Les derniers mois de qualifications pour les séries, concrétisées dans le dernier match en fusillade, jusqu'à la série finale perdue contre les Blackhawks de Chicago, seront à jamais gravés dans sa mémoire.

Plus d'articles

Commentaires